Process Alimentaire / À la une / Concours Agropole : le continent africain nourrit l'innovation

Concours Agropole : le continent africain nourrit l'innovation

Rémi Pin |  24 Septembre 2013 | 

La remise des prix de la 20ème édition du concours national de la création d’entreprises agroalimentaires de l’Agropole d’Agen s’est tenue hier au Sénat. De gauche à droite : Christophe Favrot (Nomad Yo, 3ème prix), Souaibou Koita (Yassa Box, 2ème prix), Raphaël Girardin et Alexandre Giora (Matahi, 1er prix).

Le continent africain aura inspiré les participants à l'édition 2013 du concours national de l’Agropole d’Agen. Ce rendez-vous emblématique de l'innovation alimentaire a récompensé hier trois projets dans la création et le développement d’entreprises agroalimentaires, dont deux puisent leur origine dans la richesse culinaire africaine. C’est en effet l’entreprise Matahi qui a remporté le 1er prix avec sa boisson énergisante bio à base de pulpe de fruits de baobab. Les deux créateurs Raphaël Girardin, 30 ans, et Alexandre Giora, 24 ans, se sont dits « très fiers » de recevoir cette distinction pour ce projet « qui leur ressemble ».

La boisson commercialisée depuis le printemps 2013 contient de l’eau, du sucre de canne, de l’extrait naturel de caféine, de la vitamine C, et donc de la pulpe de baobab, « un superfruit, qui contient sept fois plus d’antioxydants que la grenade, des ions, des minéraux et des vitamines », expliquent les deux jeunes entrepreneurs. La boisson est sans colorant, sans conservateur ni arôme artificiel. Actuellement référencée dans des enseignes haut de gamme (Colette, Cojean…), Matahi cible la restauration hors foyer à plus grande échelle avant de penser à la commercialisation en grande distribution.

Des jeunes créateurs dynamiques

Lors de la remise des prix hier soir au Sénat, le président du Jury Pierre Camani, sénateur et président du Conseil général du Lot-et-Garonne a vanté la qualité des 46 dossiers déposés pour cette 20ème édition du concours, et le dynamisme des « jeunes pousses de l’agroalimentaire ». L’entreprise de plats cuisinés africains halal et équitable Yassa Box a reçu le 2ème prix. Le fondateur Souaibou Koita espère se positionner assez rapidement en frais, stérilisé et surgelé pour créer une marque spécialiste de la gastronomie africaine.

Enfin, Nomad Yo, qui commercialise des spécialités fermentées de végétaux, comparables à des yaourts, s’est vu remettre le 3ème prix. Huit références sont aujourd’hui commercialisées dans les circuits bio. L’objectif de son créateur Christophe Favrot est d’ouvrir des « micro-yaourteries », installées sur l’ensemble du territoire national.

En plus du coup de projecteur sur l’entreprise et d’une visibilité sur les prochains salons du secteur, les trois lauréats se partageront 60 000 euros pour mener à bien leurs projets.