Process Alimentaire / À la une / Découvrez les industriels bretons performants sur le plan énergétique

Prix Energ'IAA 2016

Energ'IAA 2016 : découvrez les industriels bretons performants sur le plan énergétique

S.P. |  2 Mars 2016 | 

Le lauréat du prix EnergIAA 2016 se verra remettre son trophée le 8 mars 2016, lors de la soirée du salon Cfia à Rennes.

Prise en étau entre la pression sur les prix menée par la grande distribution et un amont agricole plus que jamais en crise, l'industrie agroalimentaire a pris les considérations énergétiques à bras le corps dans une optique de compétitivité. Une démarche d'autant plus salutaire en Bretagne que le poids du secteur y est majeur et qu'il est confronté à une fragilité électrique structurelle, liée à la situation péninsulaire et à la faible production locale. C'est dans ce contexte que le magazine Process Alimentaire a créé il y a trois ans le prix Energ'IAA, pour mettre en valeur des économies d'énergie exemplaires, particulièrement dans le domaine électrique.

D'année en année, l'agroalimentaire breton gagne en maturité. Fortement engagé dans l'approche normalisée Iso 50 001, le secteur aborde désormais les problématiques énergétiques avec des démarches structurées. En témoignent les quatre sociétés qui nous ont présenté leur candidature cette année. Le lauréat se verra remettre son trophée le 8 mars 2016, lors de la soirée du salon Cfia à Rennes.

  • Doux (Châteaulin, 29)

Le site Doux de Châteaulin.

Ce sont chaque jour plus de 500 000 poulets qui sont abattus sur le site Doux de Châteaulin, dans le Finistère. A l'instar des autres sites du groupe, il déploie une démarche d'économies d'énergies structurée autour d'un référent énergie. Fin 2013, l'usine finistérienne a mis en place avec EDF un PPE (plan de productivité énergie), qui constitue un appui technique dans la recherche et la mise en œuvre de solution. Dans le domaine de l'électricité, les actions ont principalement porté sur les installations frigorifiques, la production d'air comprimé, l'éclairage et les équipements de production. Elles ont permis de réduire la consommation (en kWh/t) de 12 % entre 2012 et 2015. Pour le gaz, les efforts menés pour la réduction de la consommation d'eau chaude et l’optimisation technique de la chaudière ont permis de réduire la consommation (en kWh/t) de 24 % sur la même période.

  • Le Gouessant (Saint Aaron, 22 et Saint Gérand, 56)

Le site Sofral de Saint-Gérand.

Le groupe coopératif Le Gouessant investit sur l'ensemble de ses sites de production pour améliorer leur impact environnemental et énergétique, avec à la clé une meilleure maîtrise des coûts de production. Depuis février 2015, sept usines sont certifiées Iso 50 001. Le groupe a structuré ses équipes d'encadrement dès 2009 avec l'objectif de maîtriser les coûts en énergie et en maintenance, les deux étant liés. De plus, l'instrumentation a été densifiée sur le process et les réseaux d'air comprimé, de vapeur et de froid. Les données des compteurs sont croisées avec les informations de production. De là, il est possible de détecter l'usure des équipements par des dérives de la performance ou de la consommation énergétique. Des actions à zéro investissement peuvent être mises en place. C'est ainsi que l'usine de Saint Gérand a réduit sa consommation électrique de 9,8 % entre 2013 et 2015.

  • Les Délices du Valplessis (Vitré, 35)

Le site des Délices du Valplessis à Vitré.

Dès la fin des années 1990, Les Délices du Valplessis s'engagent pour l'environnement. La certification Iso 14 001 est obtenue en 1999. Pour l'industriel, la démarche Iso 50 001 en est la suite logique. Si bien que l'usine du groupement des Agromousquetaires est certifiée en 2015. Sur la période 2015-2017, les efforts sont portés sur des projets visant à atteindre neuf objectifs en rapport avec la production frigorifique, la préparation de recettes, l'éclairage, l'air comprimé, le gaz naturel ou encore la surveillance des installations. Point fort de la démarche, une revue énergétique détaillée décompose les consommations jusqu'aux postes unitaires. « Nous avons également créé un algorithme pour estimer la consommation d'électricité et de gaz à l'échelle annuelle, mensuelle et hebdomadaire, avec une précision de 1 %. Ceci nous permet notamment de générer des alertes envoyées aux techniciens en cas de dérives », complète Geoffroy Mempontel, responsable SMQES. Entre 2012 et 2015, la consommation électrique à la tonne de produit fini a baissé de 8 %.

  • Ronsard (Bignan, 56)

Le site Ronsard à Bignan.

Depuis 2013, la filiale du groupe coopératif Triskalia est engagée dans une démarche d'excellence opérationnelle, qui consiste à déployer les outils d'amélioration continue à tous les niveaux de l'entreprise. Une équipe énergie a été constituée autour de la direction et des fonctions production, qualité, maintenance et travaux neufs. Une solution de récupération de chaleur a été mise en place sur les groupes froids pour produire de l'eau chaude sans solliciter les chaudières gaz. Pour réduire les consommations électriques, Ronsard a installé un dispositif de variation de vitesse sur les compresseurs et sur les pompes d'eau glycolée. Un système de gestion flottante de la haute pression a également été mis en place. L'entreprise a fait certifier son système de management de l'énergie selon la norme Iso 50 001 en 2015. Sur la période 2013-2015, la consommation de gaz a diminué de 22,4 % et celle d'électricité de 5,25 %.