Process Alimentaire / À la une / Doux repris par l’alliance entre LDC, Al Munajem et leurs partenaires

Doux repris par l’alliance entre LDC, Al Munajem et leurs partenaires

Pierre Christen |  18 Mai 2018 | 

L'offre de reprise de Doux retenue préserve 912 emplois (dont 811 sans conditions) sur un effectif total de 1 165 salariés et propose 401 offres de reclassement pour les autres. Crédit photo : Gérard Le Boucher.

Le tribunal de Commerce de Rennes a mis un terme ce jour au feuilleton de la reprise de Doux. Comme attendu, ce sont les offres de reprise déposées par un consortium regroupant LDC, Al Munajem, Terrena, la Société des Volailles de Plouray, Yer Breizh et Saria, qui ont été retenues.

Le projet de ce regroupement d’entreprises était le mieux placé pour renforcer la filière volailles française, mais aussi le mieux-disant sur le plan de l’emploi. Des solutions sont apportées à la totalité des salariés via le maintien de 912 emplois (dont 811 sans conditions) sur l’effectif total de 1 165 salariés, et la proposition pour les autres de 401 offres de reclassement en Bretagne et en Pays de la Loire.

L’opération fait suite à un fort engagement des pouvoirs publics. C’est le fruit d’un processus engagé depuis plusieurs mois, conduit sous l’égide du CIRI (Comité interministériel de restructuration industrielle), des administrateurs judiciaires Frédéric Abitbol et Erwan Merly, de la région Bretagne et suivi de près par le gouvernement à l’instar de Jean-Yves Le Drian. L’ancien président du conseil régional de Bretagne et actuel ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères a salué la confirmation et l’approfondissement de l’engagement de la société saoudienne Al Munajem. « Ce projet offre une réelle visibilité aux employés et aux producteurs », s’est réjoui de son côté Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Le projet inclut la création d’une société regroupant LDC, Al Munajem, Terrena, Triskalia et le conseil régional de Bretagne pour la reprise des activités amont (aliments, accouvage, contrats d’élevage) situées en Bretagne. Ceci dans l’objectif de les moderniser.