Process Alimentaire / À la une / Fleury Michon donne les clefs du sandwich maison

Fleury Michon donne les clefs du sandwich maison

Maria Guillon |  10 Mars 2015 | 

Fleury Michon associe jambon de Paris et tranches de fromages pour composer un sandwich fait-maison. Un duo charcuterie (ou viande) et fromage décliné aux aides culinaires.© f9photos

Selon les données communiquées par Gira Conseil et le salon Sandwich & Snack Show, le jambon beurre reste incontournable avec 1,281 milliards d'unités vendues en 2014, soit 58,5 % des sandwichs consommés en France. Le marché total tous sandwichs confondus pèse quant à lui 2,19 milliards d'unités, un chiffre en croissance de 2,33 %, soit un chiffre d'affaires de 7,44 milliards d'euros (+2,34 %).

Dans ce contexte, Fleury Michon a trouvé une astuce pour participer à la tendance snacking grâce à une offre originale. En se plaçant du côté des consommateurs, l'industriel vendéen s'est posé la question : comment conserver le croustillant du sandwich baguette, moteur essentiel du plaisir de la dégustation d'un sandwich ? La réponse part du principe qu'aucun pain de sandwich conditionné en linéaires ne pourra rivaliser sur ce plan avec une baguette élaborée par un boulanger.

Fleury Michon lance la nouvelle gamme « Spécial Baguette ». Elle contient quatre tranches de jambon de Paris associées à deux tranches de fromage (Emmental ou Cheddar).

« On préfère tous le fait-maison, mais le temps nous fait parfois défaut », suggère Patrick Le Rüe, directeur marketing charcuterie de Fleury Michon. Dès lors, il ne manque au consommateur-snackeur que la juste quantité de jambon et de fromage pour garnir sa baguette... C'est là qu'intervient Fleury Michon avec sa nouvelle gamme « Spécial Baguette ». Elle contient quatre tranches de jambon de Paris associées à deux tranches de fromage (Emmental ou Cheddar) au format baguette, soit la quantité nécessaire à la réalisation de deux sandwichs. « Ces kits laissent la liberté de choix du pain, tout en apportant un service de juste quantité, ce qui évite de gaspiller », commente Patrick Le Rüe. Une manière d'ancrer le jambon de Paris dans une consommation snacking.

Pour les quiches, salades, omelettes,...

Cette alliance viande-fromage est aussi un credo décliné aux aides culinaires. Fleury Michon lance en avril la gamme « Duo » composée de trois références conditionnées en barquettes sécables bialvéolées de 150 grammes :

  • jambon-emmental pour une quiche express,

  • poulet-emmental pour une salade,

  • bacon-cheddar pour une omelette.

« Dans 40 % des cas, les aides culinaires de charcuterie sont utilisées dans un recette où l 'on met du fromage », justifie Patrick Le Rüe.

D'où l'idée de ces associations inédites provenant de l'association de catégories en croissance : +8,3 % pour le jambon de Paris (37 060 tonnes), + 4,9 % pour les aides culinaires charcuterie (18 200 tonnes), + 11 % pour les tranches de fromage (11 300 tonnes) et +8,2 % pour les cubes de fromage (24 631 tonnes), selon les données Iri (P11 2014 CAM Total France) transmises par Fleury Michon.