Process Alimentaire / À la une / La Sill reçoit le prix Energ’IAA 2015

La Sill reçoit le prix Energ’IAA 2015

Pierre Christen |  12 Mars 2015 | 

La Sill a reçu le prix Energ'IAA 2015 lors de la soirée du CFIA le mardi 10 mars. De gauche à droite : Alain Le Maistre (Direction Commerce Ouest d'EDF), Michel Morin (vice-président du Conseil régional de Bretagne), Gaëlle Baron (coordinatrice énergies Sill), Frédérick Bourget (directeur marketing Sill), Philippe Morvan (responsable Energie-Environnement Sill), Pierre Christen (magazine Process Alimentaire) et Jean-Luc Cade (directeur de l'ABEA-Association bretonne des entreprises agroalimentaires)

Avec près de 5,4 millions d’euros investis dans l’énergie, dont 4,8 millions d’euros dans une chaudière biomasse en 2013, le dossier de candidature de la Sill (Société industrielle laitière du Léon) au prix Energ’IAA 2015 était remarquable. C’est donc sans hésitation que le magazine Process Alimentaire, en lien avec le sponsor du prix, le programme Enbrin d’Edf, et ses parrains l’Abea et le Conseil Régional de Bretagne, a choisi de distinguer l’entreprise basée à Plouvien dans le Finistère, qui succède ainsi à MerAlliance.

Le prix a été remis mardi 10 mars sur le salon CFIA par Michel Morin, vice-président de la région Bretagne en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire. « Nous sommes très heureux de recevoir ce prix qui illustre notre modeste contribution à l’enjeu énergétique », a déclaré Frédérick Bourget, directeur marketing de Sill Entreprises. Il a rappelé qu’au delà de l’enjeu technique, les hommes sont la clef du succès.

Une organisation dédiée

Les dirigeants Henri Léon et Philippe Magueur ont mis en place une équipe dédiée sous la houlette de Gilles Falch’un, le p-dg.

Avec près de trente ans de Sill au compteur, Philippe Morvan a pris la responsabilité du sujet dès mars 2014. Il connaît tous les salariés. « C’est indispensable pour avoir une bonne remontée des informations, notamment sur les dysfonctionnements», indique-t-il.

Il est associé à Gaëlle Baron, qui assure la coordination énergies, et qui interviendra sur l’ensemble des sites de Sill Entreprises. A Plouvien, l’équipe compte aussi le responsable maintenance et travaux neufs, Yves Le Goff, le responsable qualité, Christophe Quéré, mais aussi cinq « relais énergie », deux en maintenance et trois en production. Les premiers ont notamment la charge d’installer les nouveaux compteurs, quand les seconds sont des relais d’informations sur le terrain.

« Un des premiers leviers a été de faire évoluer nos pratiques », indique Gaëlle Baron. De nombreuses formations ont été enclenchées. Par exemple, le responsable maintenance et ses deux adjoints sur le pilotage des énergies ou les relais énergies production sur l’animation des économies d’énergies au quotidien dans l’atelier.

La certification Iso 50 001 en octobre 2014

La société a su diversifier les sources d’énergie par le biais de la chaudière biomasse et développer une optimisation technique permettant des économies d’énergie, notamment avec l’installation de variateurs de vitesse sur les grosses puissances, d’économiseurs placés sur les fumées des chaudières gaz et biomasse, le remplacement des tubes néons par des éclairages LED. Le site prévoit aussi en 2015 de remplacer les compresseurs d’air par une nouvelle génération de compresseurs qui optimiseront encore le rendement.

La Sill assure en outre un suivi des consommations d’énergie tout en analysant les causes de variation. La prise en compte de critères de performance énergétique intervient d’ailleurs pleinement dans les décisions d’investissements et d’achats. Ce système de management de l’énergie, rendu particulièrement efficace grâce à la mise en place d’une équipe dédiée, est aujourd’hui valorisé avec ce prix Energ’IAA 2015.

Rappelons que ce prix créé par le magazine Process Alimentaire est destiné à mettre en valeur les usines exemplaires en matière de performance énergétique en région Bretagne. Pourquoi la Bretagne ? Car cette région est frappée d’une fragilité électrique structurelle, qui rend cruciale la maîtrise particulière des consommations électriques. Plus largement, le renchérissement sur le long terme des coûts des énergies rend indispensables les efforts de maîtrise de la consommation, dans une logique de compétitivité.

« Nous sommes pleinement mobilisés sur le sujet », a Michel Morin, vice-président de la région Bretagne en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire. La région à travers Bretagne Développement Innovation et en lien avec le pôle Valorial et le réseau de l’innovation dans le Grand Ouest a justement choisi le thème de l’efficacité énergétique pour l’espace « Usine agroalimentaire du futur » du salon CFIA (Pour en savoir plus, cliquez ici).

Le lauréat a été dévoilé par Alain Le Maistre, qui est à la tête de la Direction Commerce Ouest d'EDF. Il a rappelé que le programme Enbrin accompagne les entreprises sur la problématique énergétique bretonne, cette péninsule électrique qui ne produit que 12 % de se besoins. « Lancé en 2010, ce programme est notre réponse au Pacte Electrique Breton. Une contribution significative puisque 400 entreprises ont été accompagnées, soit 280 GWh d’électricité évités, dont plus de 50 % dans l’agroalimentaire. C’est l’équivalent de la consommation électrique de 100 000 foyers », a-t-il expliqué.

Des entreprises agroalimentaires bretonnes mobilisées

Les entreprises agroalimentaires bretonnes sont particulièrement mobilisées. Ce que confirme le succès du programme Environnement-Energie de l’ABEA (Association bretonne des entreprises agroalimentaires), avec le soutien financier de l’Ademe, du Conseil Régional et de la Draaf de Bretagne. Ce dispositif collectif accompagne les entreprises autour d’actions en matière de réduction des consommations énergétiques et des émissions des gaz à effet de serre. « Seize entreprises agroalimentaires bretonnes en bénéficient. La plupart d’entre elles ont fait le choix de structurer leur politique énergétique autour de la norme Iso 50 001 et touchent ainsi à un des leviers de la compétitivité : l'efficacité énergétique ! », souligne Jean-Luc Cade, directeur de l’ABEA. La Sill, qui a participé à cette action, a mis en place un système de management de l’énergie, couronné par la certification Iso 50 001 en octobre 2014.

Pour en savoir plus, retrouvez notre reportage dans notre édition de mars 2015 (cliquez ici).