Process Alimentaire / À la une / La fusion de Triskalia et d’aucy s’organise

A la Une

La fusion de Triskalia et d’aucy s’organise

Karine Ermenier |  9 Juillet 2018 | 

De gauche à droite : Dominique Ciccone, directeur général de Triskalia, Serge Le Bartz, président du groupe d'aucy, Georges Galardon, président de Triskalia et Alain Perrin, directeur général du groupe d'aucy.

Réunis à Rennes le 9 juillet dernier, les directeurs généraux et présidents respectifs des groupes coopératifs Triskalia et d’aucy ont tenu à faire un point d’étape quelques mois après l’annonce de l’union des deux entités. Ils l’ont répété à l’envi, la création de ce nouveau géant coopératif de 3,2 Mds € de chiffre d’affaires, dont le nom sera connu en fin d’année, n’a rien de défensif. Il s’agit d’une opération offensive visant à générer de la croissance et de la valeur à court, moyen et long terme pour ses adhérents, ses salariés, ses clients et les territoires où les groupes sont implantés, en Bretagne d’abord, mais aussi dans d’autres régions, voire même à l’étranger. Objectif : atteindre 5 Mds € de chiffre d’affaires d’ici 2025. Comment ?

  • Par l’innovation et le développement de leurs marques Paysan Breton (détenue à 100 % par Triskalia, hors produits laitiers pour lesquels la marque appartient à Laïta), d’aucy, Ronsard et Globus (l’équivalent de d’aucy en Hongrie). Une direction innovation a été créée pour fédérer les initiatives, travailler en réseau, détecter les pépites dans la sphère de la foodtech et des start-ups.
  • Par le développement du bio avec une montée en puissance des surfaces agricoles utiles des coopérateurs du groupe à 15 %.
  • Par la montée en puissance de l’export, qui pèse aujourd’hui 50 % de l’activité de Keltivia, 37 % de celle de Gelagri, 25 % des ventes de d’aucy et 20 % du chiffre d’affaires de Ronsard. Pour ce faire, le groupe va s’appuyer sur ses implantations industrielles en Espagne (Santaella et Millagro), en Hongrie (Globus), sur sa structure commerciale à Hong-Kong (trois salariés) et sa présence commerciale dans de nombreux pays. L’Amérique du Nord, vers laquelle Gelagri exporte déjà 5 000 tonnes de légumes surgelés, est également une des priorités, avec une très forte demande sur le bio.
  • Par la croissance externe. Pour aller vite, Triskalia et d’aucy comptent sur la croissance externe. « Nous sommes dans une démarche de conquête », confirme Alain Perrin, directeur général de d’aucy. Et en matière de fusion et acquisition, tout est possible. A l’image du partenariat signé avec Hivest Capital dans le cadre du rachat de St Mamet. « Nous n’avons pas pris de participation capitalistique dans St Mamet mais nous avons signé un contrat de prestation de services auprès du repreneur Hivest pour l’accompagner sur les volets industriels et commerciaux. Nous avons déjà l’expérience des fruits avec Globus en Hongrie et pouvons apporter des synergies commerciales en GMS et au Grand Export », témoigne Alain Perrin. « Pour s’implanter dans un pays, il faut un accès déjà existant, soit par la voie d’un site industriel ou d’une marque qui a une notoriété régionale », explique Dominique Ciccone, directeur général de Triskalia.
  • Par l’excellence de ses outils industriels. En 2018, les deux groupes investissent encore massivement chacun de leur côté dans leurs sites : 10 M€ pour Gelagri sur les légumes et plats préparés surgelés avec une nouvelle ligne à Loudéac (22), une installation de froid et une ligne de conditionnement en Espagne. Le spécialiste de la volaille Ronsard prévoit 15 M€ d’investissements et Cocotine (activité œufs et ovoproduits) 17 M€ dans la construction d’une nouvelle casserie à Ploërmel (56).

Officielle en janvier 2019, si elle est acceptée par l’Autorité de la Concurrence, cette fusion mettra deux ans à s’organiser concrètement. 80 groupes de travail créés en interne mobilisent déjà 300 salariés venus à 50/50 de Triskalia et d’aucy. Leur mission : définir l’organisation cible déployée au 1er janvier 2019 en trouvant les synergies dans les filières, les métiers pour aller vers une transformation plus agile et rapide du groupe.