Process Alimentaire / À la une / Lactalis : reprise partielle de l’activité à Craon

A la Une

Lactalis : reprise partielle de l’activité à Craon

Marjolaine Cérou |  31 Mai 2018 | 

Six mois après la révélation de la contamination à Salmonella Agona, les Autorités publiques ont informé de la reprise partielle de l’activité du site Lactalis de Craon en Mayenne.

Le préfet de Mayenne et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ont donné leur accord pour une reprise progressive de la production de poudres de lait destinées aux adultes à Craon (63). Depuis le 8 décembre dernier, le site était à l’arrêt complet en raison d’une contamination par le pathogène Salmonella agona qui a provoqué 38 cas de salmonellose chez des nourrissons et conduit à un rappel massif de produits. Identifiée comme le foyer de la contamination, la tour de séchage n°1 a été condamnée. La tour n°2 devait quant à elle rester en activité. Elle avait également été stoppée jusqu’à la définition d’un plan de redémarrage avec les Autorités.

Une reprise progressive des activités

« Les mesures correctives mises en place par l’entreprise, avec notamment le démontage des équipements et la condamnation complète de la tour n°1 à l’origine des contaminations en 2005 et 2017, ainsi que la réorganisation des installations des autres zones (tour n°2, zone de conditionnement) permettent aujourd’hui une reprise progressive des activités sous contrôle officiel des services de l’Etat », indique le ministère.

Cette première phase d’activité a pour objectif de vérifier l’efficacité des mesures correctives mises en œuvre, en sachant que les poudres resteront consignées. Le ministère précise que « leur commercialisation ne pourra intervenir qu’à l’issue d’une période de contrôles renforcés et d’inspections officielles permettant de garantir l’absence de toute contamination des denrées ».

Des analyses officielles seront également conduites sur les produits et l’environnement de production par les Autorités, en complément du plan d’autocontrôle renforcé et validé par l’Anses. Rappelons que c’est une contamination environnementale qui est à l’origine de cette crise.

Fin janvier, le ministre Stéphane Travert a mis en place de nouvelles mesures pour la filière infantile dont un renforcement du plan d’inspection des établissements fabriquant, mélangeant ou conditionnant des poudres de lait destinées à l’élaboration de denrées alimentaires pour bébés. Le Sénat, en charge des auditions dans le cadre de l’affaire, a dressé plusieurs propositions . La première rendrait obligatoire le fait d’informer les autorités d’un autocontrôle positif dans l’environnement.