Process Alimentaire / À la une / Les facteurs de succès vus par Alain Castel, dg du groupe Castel

Les facteurs de succès vus par Alain Castel, dg du groupe Castel

6 Mars 2017 | 

Les défis de l’agro-alimentaire français sont aussi ceux de la viticulture, notre domaine d’expertise où nous avons identifié cinq clés au succès dans les 10 ans. Je rappelle que nous sommes une filière qui demeure très agricole, très soumise aux aléas de la terre et du climat.

Le premier défi est d’avoir déjà une filière regroupée autour d’une vision commune à moyen et long terme par la mise en œuvre d’un plan national. Il doit être décliné dans chaque région viticole de façon spécifique pour projeter la génération actuelle et future dans les dix prochaines années. Il faut des actions ciblées et des résultats attendus comme Castel le prépare déjà avec les Vins de France (l’Anivin) et les Bordeaux (CIVB).


Le second défi est d’optimiser chaque année les investissements déjà dans l’outil d’embouteillage, de conditionnement et dans les actions pour être compétitif. L’objectif est de nous déployer le plus rapidement auprès de nos clients. C’est le sens même de notre nouveau projet d’établissement-plateforme Castel sur Bordeaux-Blanquefort, qui représente le plus gros investissement de la filière sur 2017. C’est aussi d’investir dans l’amélioration des qualités et d’optimiser les rendements des vignobles pour faire face aux besoins des marchés, ne pas les déséquilibrer ni les laisser à la concurrence internationale. Investir dans de nouvelles techniques, du recrutement et en formation est indispensable pour atteindre les résultats attendus.

Le troisième est de gagner des parts de marché à l’export et non en France où la consommation et l’image du vin ne seront malheureusement toujours pas positives ! Aller chercher la croissance là ou elle se trouve requiert des moyens commerciaux et marketing importants avec de l’audace pour s’adapter aux spécificités réglementaires, de distribution et culturelles dans chaque marché. Il faut refuser la déperdition et se concentrer sur les marchés à potentiel avec des expertises et des types de consommateurs cibles, comme nous avons pu les définir avec notre nouvelle marque internationale Maison Castel.

Le quatrième est d’innover et de construire des offres produits qui répondent au consommateur de plus en plus exigeant en terme de qualité-traçabilité, de diversité, de renouvellement et de transparence en matière d’information. Nous devons continuer à rendre accessibles les vins de marque et de châteaux à chaque type de consommateurs, à chaque niveau de qualité et à chaque moment de consommation : rosés, BIB, cépages, faible degré et sans alcool, styles/promesses.

Enfin, le cinquième défi est de répondre aux attentes environnementales et de santé exprimées par les consommateurs. Cela passe dans notre secteur par une agriculture raisonnée et au mieux par la certification durable type Terra Vitis dans tous les vignobles français avec aussi un engagement interprofessionnel à promouvoir une consommation responsable, et modérée. C’est déjà le cas pour notre entreprise familiale dans plus de 70 % de nos vignobles en France. Et c’est une des raisons de notre implication dans l’évolution de la filière.

Cinq défis que Castel est à même de soutenir pour la filière dès 2017, ce seront autant de clés d’entrée vers le succès de la viticulture française dans 10 ans.