Process Alimentaire / À la une / Pagès, lauréat du Prix de l’Usine Alimentaire Durable 2014

Pagès, lauréat du Prix de l’Usine Alimentaire Durable 2014

La rédaction |  27 Octobre 2014 | 

Olivier Thébaud, directeur général de Pagès (infusions de plantes - thés). La société basée au Puy-en-Velay en Haute-Loire est lauréate de l'édition 2014 du Prix de l'Usine Alimentaire Durable. Crédit : Yann Cainjo.

Le Prix de l’Usine Alimentaire Durable 2014 a été décerné à Pagès S.A.S, spécialiste du conditionnement de plantes à infusion, implanté au Puy-en- Velay en Haute-Loire. Impliquée dans son territoire, dans son environnement et auprès de ses salariés, l’entreprise auvergnate a été désignée par un jury d’experts qui a salué à l’unanimité son engagement volontariste dans tous les champs d’action relevant du développement durable. « Avec 200 salariés sur 16 000 habitants au Puy en Velay, notre entreprise a une forte responsabilité sur notre territoire », a déclaré Olivier Thébaud, directeur général de Pagès, lors de la remise du prix, mercredi 22 octobre sur le Sial, par Jean-Philippe Girard, président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania).

Cette sixième édition du Prix de l’Usine alimentaire durable a été organisée par le magazine professionnel Process Alimentaire, en lien avec les magazines Linéaires et Rayon Boissons, et pour la première fois, avec le parrainage de l’Ania et le haut patronage du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Le prix récompense un industriel de l’agroalimentaire pour ses actions menées dans les domaines environnemental et sociétal.

Olivier Thébaud, dg de Pagès, a reçu le trophée des mains de Jean-Philippe Girard, président de l’Ania (à gauche) aux côtés (à droite ) de Pierre Christen, rédacteur en chef de Process Alimentaire et d’Anne Jestin, directrice commerciale du magazine. Crédit : Yann Cainjo.

Jean-Philippe Girard, président de l’Ania, a justifié le parrainage du prix : « J’ai tout de suite dit oui, car l’avenir est là. L’industrie alimentaire a une fierté, une ambition et une responsabilité, qu’il faut comprendre comme une responsabilité sociétale. On ne peut pas conduire une usine sans tenir compte de son environnement au sens large. Ce prix peut inviter d’autres entreprises à aller de l’avant. Nous continuerons à le soutenir ».

Autour du lauréat, de gauche à droite : Michèle Slansky, Agence de l’Eau (jury), Stéphanie Berrué, Pickenpack Europe – Gelmer (candidat), Carole Fonta, directrice développement durable de l’Ania, Vincent Euzenat, directeur Suchard Strasbourg (candidat). A droite : Stéphan Arino, directeur qualité globale et développement durable E. Leclerc (jury), Catherine Gomy, directrice Bio by Deloitte (jury), Jean-James Garreau, dirigeant Le Sojami (candidat) et Jean-Philippe Girard, président de l’Ania. Crédit : Yann Cainjo.

Pierre Christen, rédacteur en chef du magazine, a rappelé que la démarche de durabilité est bien adaptée à l’activité agroalimentaire, qu’elle lui donne du sens, sur le long terme. « C’est notre rôle de mettre en valeur les démarches exemplaires. Nous savons combien les entreprises avancent sur le sujet, parfois de manière silencieuse, mais toujours avec détermination au regard des enjeux ».

Retrouvez dans notre numéro de décembre 2014 (parution lundi 08 décembre), notre dossier spécial incluant un reportage chez le lauréat.