Process Alimentaire / À la une / Poudres infantiles : la nouvelle usine de Sill Entreprises prend forme

Poudres infantiles : la nouvelle usine de Sill Entreprises prend forme

Stéphanie Perraut - Pierre Christen |  25 Mars 2019 | 

Le 22 mars, devant le chantier de la nouvelle usine de poudres de lait infantile de Sill Entreprises à Landivisiau (29) : Gilles Falchun, président de Sill Entreprises, Patrice Lafargue, p-dg du groupe Idec et Sébastien Conan, dg de Thebault Ingénierie (groupe Idec). Crédit : @ Dominique Leroux / Sill / Thebault Ingénierie - Groupe Idec

250 invités étaient réunis vendredi 22 mars à l’invitation du groupe Sill Entreprises pour lancer la seconde phase des travaux sur le site de la future usine de poudres de lait infantile à Landivisiau (29). Conçue par Thébault Ingénierie (groupe Idec), en tant que contractant général, l’usine de 19 000 m² est implantée sur un terrain de 7 ha. Sa construction, initiée en juillet 2018, avance à grands pas. Après un important travail de terrassement, suivi du coulage des fondations, les élévations des premiers ouvrages ont débuté. Les voiles de grande hauteur du bâtiment énergie sont quasiment achevées. La charpente du bâtiment de stockage sort elle aussi progressivement de terre. Et le premier niveau de la tour de séchage de 47 mètres vient d’être monté. Tout est en béton, sans creux, pour un niveau d'hygiène optimal, à la hauteur des exigences du secteur pharmaceutique

Une usine qu’il était possible de visiter virtuellement en 3D vendredi dernier. « Élaborée avec le logiciel Revit, la maquette obtenue est très proche de la réalité, en sachant que nous avons intégré le process au bâtiment », indique Sébastien Conan, directeur général de Thébault Ingénierie. Une technologie BIM de modélisation des données du bâtiment qui s’avère un atout en termes de conception. « C’est essentiel sur un chantier comme celui-ci avec six niveaux de plancher et des process transversaux. Cela permet d’éviter des erreurs qui engendreraient des surcoûts importants si découvertes a posteriori », explique le dirigeant. Une technologie qui s’avère aussi un avantage commercial. Sill Entreprises ayant pu utiliser la modélisation pour faire visiter virtuellement l’outil à de futurs partenaires internationaux.

Livraison prévue pour le dernier trimestre 2020

La réception de l'usine est prévue pour octobre 2020. En tenant compte de la période d’essais industriels, la mise en route est annoncée début 2021. A terme, le site de production permettra de sortir 18 000 tonnes de poudre de lait infantile chaque année, exclusivement destinées à l’exportation vers la Chine, le Moyen-Orient et l’Afrique.

"C'est à la fois un soulagement de voir aboutir ce projet après quatre ans et demi de procédures et une satisfaction d'être accompagné par nos partenaires financiers pour ce palier dans l'évolution de notre groupe", déclare Gilles Falc'hun, président de Sill Entreprises. Un projet initié dès 2014, qui a évolué au gré des contraintes administratives et des recours. " La conception du bâtiment est bien évidemment essentielle, mais l’étape administrative préalable l’est tout autant", souligne Sébastien Conan. En l’occurrence Thébault Entreprises a été fortement sollicité sur cet aspect, le projet ayant fait face à des aléas l’ayant conduit à changer deux fois de localisation : la loi Littoral sur la première intention à Plouvien, les contraintes liées à l’aéroport et aux riverains de Brest-Guipavas pour le second projet d’implantation, et aujourd’hui la prise en compte du projet de centrale gaz à Landivisiau.

Le bâtiment et le process de l'usine de lait en poudre infantile sont financés par un crédit-bail coordonné par la BPI, avec la participation d'Arkéa, du CIC Ouest et de la Société Générale. Une subvention de 2.4 millions d'euros provient du programme PDR/FEADER (Union européenne, Etat, région Bretagne). Crédit : Thébault Ingénierie.

Pour ce site, l’investissement s’élève à 85 M€. Mais Sill Entreprises n’entend pas en rester là. La fédération de PME, qui compte 1400 salariés et huit sites de production (jus de fruits, potages, plats cuisinés, produits laitiers) a levé en tout 180 M€ pour rénover d’autres unités sur cinq ans, notamment celle de Plouvien (29). La Banque Européenne d’Investissement soutient le projet avec un prêt de 40 millions d'euros dans le cadre du plan Juncker. Elle est accompagnée d'un pool bancaire mené par Arkéa et composé de six banques (CIC Ouest, Société Générale, Crédit Agricole 29, Bank of China, Caisse d'Epargne Bretagne et Pays de la Loire).