Process Alimentaire / À la une / Prix Energ'IAA 2019 : découvrez les trois finalistes

Prix Energ'IAA 2019 : découvrez les trois finalistes

Pierre Christen |  6 Mars 2019 | 

Qui succédera à Sojasun (Triballat-Noyal), lauréat 2018 ? Réponse le mardi 12 mars 2019. Le lauréat du prix Energ'IAA 2019 sera dévoilé lors de la soirée du salon CFIA au parc expo de Rennes Aéroport (35).

Le prix de la performance énergétique en agroalimentaire est organisé par le magazine Process Alimentaire, en partenariat avec EDF. Cet événement distingue des entreprises, implantées dans les régions Bretagne, Pays de la Loire et Normandie, qui ont réalisé des actions significatives en matière d’efficacité énergétique. Il bénéficie du parrainage de l’ABEA (Association bretonne des entreprises agroalimentaires). Cette année, trois entreprises sont finalistes : Agrial, Bahier et Cooperl.

Agrial

Basé à Caen, Agrial pèse 5,5 Mds€ de chiffre d'affaires et compte quatre branches agroalimentaires : légumes, lait, boissons et viandes. Sa consommation énergétique est de 900 GWh dont 780 GWh en France. Le groupe coopératif s'est assigné l'objectif de diminuer de 10 % ces consommations. Il mène une démarche d'envergure, avec l'accompagnement de Schneider Electric. Sur 600 sites, 37 sites ont été identifiés comme prioritaires. « Ils bénéficient d'actions de formation, monitoring, d'audits détaillés et d'investissement », indique David Delalande, directeur achats du groupe. Six sites ont déjà bénéficié d’un plan d’actions complet, trois sont à venir en 2019. Les performances obtenues sont supérieures aux objectifs, par exemple de +42 % chez Maître Jacques à Rennes (35), + 29 % chez CSR-Loïc Raison à Domagné (35). Sur le site d'HCI à Herbignac (44), les deux tours de séchage bénéficient d’une régulation prédictive de l'extrait sec à travers la température de chambre et de l'hygrométrie de l'air de séchage.

Bahier

L'usine Bahier à Sceaux-sur-Huisne (72) produit 17 500 t par an de produits de salaisons (rillettes, boudins). Elle s'est engagée dès 2002 dans une démarche d’optimisation des consommations d’énergie. Depuis la certification Iso 50 001 en 2015, de nombreuses actions ont été engagées, les deux principales étant « la récupération d'énergie sur les groupes frigorifiques et la mise en place d'un système de management impliquant l'ensemble du personnel en permanence et des actions de sensibilisation régulières », précise Eric Descombes, responsable sécurité et environnement. Sur trois ans, des progrès continus et significatifs sont obtenus, avec une diminution du ratio de consommation électrique de près de 11 % et une diminution du ratio de consommation de gaz de plus de 27 %. La démarche se poursuit en 2019 avec de nouveaux brûleurs haut rendement sur les chaudières, des investissements sur la station d'épuration pour baisser de 30 à 40 % sa consommation électrique et l'installation de panneaux photovoltaïques.

Cooperl

La coopérative leader du porc en France présente la candidature du site de Lamballe (22), où réside le plus grand abattoir de porcs (50 000 p/s). L'usine a été certifiée Iso 50 001 en fin d'année dernière. Les groupes froid ont bénéficié de nombreuses améliorations. Le dossier se distingue par la présence sur le site d'un véritable complexe environnemental, fruit de plus de 200 M€ injectés en 20 ans (cogénération à partir de la combustion de biomasse, valorisation de déchets graisseux en biocombustibles, coproduits pour le pet-food,…). «Ces activités ont été développées pour répondre à des contraintes réglementaires, aujourd'hui ce sont des sources de valorisation et des axes d'innovation, dans une logique d'économie circulaire », explique Franck Porcher, directeur Industrie de l'Environnement. 5,5 M€ sont investis dans une boucle d'eau chaude de 4,5 km, afin de réduire drastiquement les consommations de gaz. Et 15 M€ dans le plus grand méthaniseur à zéro épandage d'Europe.