Process Alimentaire / À la une / Usine agroalimentaire du futur : la sécurité avant tout

Usine agroalimentaire du futur : la sécurité avant tout

Marjolaine Cérou |  12 Mars 2018 | 

Les solutions "Sécurité" de l'espace L'Usine Agroalimentaire du Futur sont à découvrir sur le salon CFIA, Hall 10 – stand G4/H3.

Comment sécuriser son activité ? Découvrez huit solutions exposées sur l’espace L’Usine agroalimentaire du futur, au coeur du salon CFIA qui vient d’ouvrir ses portes à Rennes.


Pour sa septième édition, cet espace collectif, co-organisé par Bretagne Développement Innovation (BDI) et Valorial, s’intéresse en effet à la sécurisation de l’activité de production agroalimentaire, selon quatre volets : la sécurité sanitaire des produits, la sécurité du personnel, la sécurité des process et celle des données. Un espace animé par les centres techniques de la région Bretagne (Adria Développement/Breizpack, Zoopôle Développement, IDMer, Ceva et Vegenov), rassemblés sous la bannière Act Food Bretagne. « Les conditions de sécurité demeurent un sujet de préoccupation permanente et d’amélioration continue. Les niveaux d’excellence atteints par nos entreprises aujourd’hui sont de vrais passeports pour le développement commercial », indique Paul François Jullien, chef de projets à Bretagne Développement Innovation.


  • La sécurité sanitaire des produits alimentaires

- Pour une analyse complète des dangers chimiques, physiques, microbiologiques et allergènes, Adria Développement présentera son application en ligne Sentinelle HACCP. Celle-ci liste les textes réglementaires et les derniers avis publiés. Les mises à jour sont mensuelles.

- La présence de traces de produits chimiques est un motif concret de rappel produit. Ce fut le cas de petits pots Blédina en octobre 2017 en raison d’un rinçage insuffisant de petits pots pommes mangues. L’entreprise Diafir, à travers le projet de recherche Delbia, présente un outil inédit de contrôle en ligne des eaux de rinçage utilisant la spectroscopie infrarouge. L’intérêt est de valider le rinçage de la ligne en trente minutes.


  • La sécurité du process

- Photon Lines a développé un dispositif de contrôle qualité en ligne alliant analyse spectrale proche infrarouge (pour décrypter la composition chimique des denrées) et vision (pour identifier et discriminer les caractéristiques visuelles). L’entreprise propose une démonstration sur des chips de pommes de terre.

- Neo-Tec Vision se penche de son côté sur la problématique du bien-être animal avec la solution CET Automatique, développée dans le cadre d’un projet suivi par le Ministère de l’Alimentation en partenariat avec l’Ifip et l’Institut de l’élevage (Idèle). L’idée est d’assister les opérateurs dans la surveillance de l’efficacité de l’étourdissement des bovins et porcins dans les abattoirs.


  • La sécurité du personnel

- La SATT Ouest Valorisation et le laboratoire M2S (Mouvement, sport et santé) de l’Université de Rennes 2 ont mené le projet Kimea (Kinect Improvement for Ergonomics Assessment). Celui-ci identifie la position 3D des articulations d’un opérateur présent dans le champ de vision. L’objectif est de quantifier automatiquement et de façon standardisée les risques de troubles musculo-squelettiques et d’aménager les postes en fonction.

- Pour prévenir les risques de collisions dans les ateliers, la start-up XP Digit, spécialisée dans la contextualisation de l’information et la géolocalisation, a développé KypSafe, une solution de balisage connectée et intelligente assurant la sécurité des techniciens.


  • La sécurité des données

- Le règlement européen sur la protection des données est l’un des grands changements de l’année 2018. Il entrera en application le 25 mai prochain. Un volet consiste à assurer la protection des données, aussi bien en interne comme par exemple pour les fiches de paie des salariés, qu’en externe pour faire face au risque de se faire dérober des données sensibles. Le projet MAP initié par la SSII CGI cartographie les vulnérabilités d’un système d’information en indiquant les données potentiellement impactées, les fonctions applicatives concernées, etc.

- La société d’expertise Serma Safety & Security a créé HardSploit. Cette solution vise à faciliter l’audit des systèmes électroniques et augmenter le niveau de sécurité.