Process Alimentaire / Emballage / Cinq barquettes qui limitent le plastique

Emballage

Cinq barquettes qui limitent le plastique

Karine Ermenier |  19 Novembre 2018 | 

Filiale du groupe LDC, Agis commercialise des plats individuels conditionnés dans des barquettes DeLight, composées en grande partie de papier (le corps de la barquette), associé à du plastique (cordon de scellage).

Votée fin octobre dernier, la loi Alimentation comprend des articles très restrictifs vis-à-vis des emballages en plastique à usage unique d'origine fossile. Le décret d’application, actuellement en discussion, précisera dans les mois qui viennent cette interdiction. Pour autant, le marché n’a pas attendu cette évolution réglementaire pour proposer des alternatives, d’ailleurs de plus en plus nombreuses et variées, qui limitent ou suppriment le plastique. Exemples à travers cinq emballages déjà présents sur le marché.

Agis s’appuie sur la barquette hybride DeLight

Filiale du groupe LDC, Agis commercialise des plats individuels sous atmosphère protectrice au rayon traiteur libre-service, conditionnés dans des barquettes DeLight. Conçues en Finlande, celles-ci sont composées en grande partie de papier (le corps de la barquette), associé à du plastique limité au cordon de scellage. Cela permet d’assurer une soudure équivalente, voire meilleure qu’une soudure sur CPET ou aluminium, affirme son fabricant. Cette barquette supporte la surgélation et le réchauffage au four traditionnel et micro-ondes, avec une plage de températures variant de – 40°C à + 200 °C. Cerise sur le gâteau : cet emballage est barrière aux gaz, à l’humidité et aux UV.

Stalaven se réchauffe au bois

Stalaven propose des recettes à gratiner en barquettes en bois, individuelles ou familiales qui permettent un réchauffage au four micro-ondes ou au four traditionnel.

Au rayon traiteur libre-service, Stalaven propose des recettes à gratiner en barquettes en bois, individuelles ou familiales (même largeur mais deux fois plus longues). Recouvertes d’un film flowpack, elles sont conditionnées sous atmosphère protectrice sur le site d’Hillion (22) du groupe. Commercialisées sous la marque Qualité Traiteur, elles permettent un réchauffage au four micro-ondes ou au four traditionnel. Dans cet esprit, le Breton propose aussi des cocottes en bois avec couvercles en bois pour des pâtes ou gratins à réchauffer au four à micro-ondes, ainsi que des supports de cakes en papier.

Du carton pour la Maison Tino

Pour ses tielles sétoises, la Maison Tino utilise des barquettes carrées en carton avec des rebords ondulés pour imiter le plat à tarte traditionnel en porcelaine.

La Maison Tino, dans l’Hérault, signe des tielles sétoises Sud de France conditionnées dans une barquette carrée en carton avec des rebords ondulés pour imiter le plat à tarte traditionnel en porcelaine. Le tout est suremballé dans un flowpack sous atmosphère protectrice. La barquette, véhiculant un aspect artisanal, supporte le réchauffage au four traditionnel.

Citterio emballe son jambon dans du papier

Pour sa gamme de charcuteries tranchées bio, l’Italien Citterio recourt à une barquette thermoformée en papier/carton souple, operculée avec un film plastique.

Pour sa gamme de charcuteries tranchées bio, l’Italien Citterio recourt à une barquette thermoformée en ligne en papier/carton souple, operculée avec un film plastique. La marque met en avant, de ce fait, que son pack contient 60 % de plastique en moins qu’une barquette de jambon habituelle. En France, un groupe de travail composé de membres de la Fict, de recycleurs et de membres de Citéo, entre autres, planche sur le projet Picarec, destiné à rendre les barquettes de charcuterie recycables. L’une des pistes privilégiées est celle du mono-PET.


La RHD parie sur la cellulose

Gepack Europe distribue les barquettes en cellulose de pin moulées home-compostables de l’Espagnol Pack Benefit (One World Packaging).

Face à la pression législative, des cuisines centrales sont en train de basculer toutes leurs barquettes Gastronormes en cellulose moulée. Comme le confirme Gepack Europe, qui distribue les barquettes en cellulose de pin moulées home-compostables de l’Espagnol Pack Benefit (One World Packaging). Disponibles en différents formats pour la restauration collective, en formats B6 et B5 pour l’industrie, etc., elles sont barrières à l’eau et aux graisses. Elles passent au four traditionnel et au micro-ondes et permettent de conserver des produits frais pendant six jours maximum.

Les barquettes RestoKompost de Cellulopack supportent un réchauffage d’une heure à 140°C et sont operculables avec un film spécifique.

En France, l’entreprise Cellulopack située près de Toulouse fournit aussi des barquettes en cellulose moulée aptes au contact alimentaire et 100 % compostables en compostage industriel. « Nos barquettes RestoKompost supportent un réchauffage d’une heure à 140°C, sont operculables avec un film spécifique. En revanche, elles ne sont pas étanches aux gaz », commente le créateur de la PME Olivier Mas. Pour les rendre barrières à l’oxygène, il faut leur ajouter un liner non compostable.

Concernant les alternatives aux plastiques d’origine fossile pour les emballages rigides, retrouvez un article complet sur les critères de choix « Matériaux biodégradables : quelles pistes privilégier » , dans le hors-série spécial salon All4Pack de novembre 2018.