Process Alimentaire / Emballage / Eco-Emballages et Ecofolio fusionnent et deviennent Citéo

Emballages

Eco-Emballages et Ecofolio fusionnent et deviennent Citéo

Karine Ermenier |  11 Septembre 2017 | 

L'un des objectifs de Citeo est également de mobiliser davantage les citoyens pour que le geste de tri devienne un réflexe pour tous. Les études récentes ont, en effet, montré de fortes disparités de performances de tri, avec notamment des jeunes et des urbains qui trient moins que la moyenne nationale : 60 kg/habitant/an à la campagne, 40 kg dans les villes, 34 kg dans les grandes métropoles pour les emballages ménagers.

Les deux acteurs historiques de la gestion des déchets d’emballages ménagers et de papiers, Eco-Emballages et Ecofolio, s'unissent et se transforment en Citeo. L’ambition de ce rapprochement est d’offrir de nouveaux services aux entreprises, de moderniser le tri et le recyclage et de mobiliser les citoyens.

Leurs objectifs chiffrés pour 2022 sont les suivants :

1. Permettre aux Français de trier 100% des emballages et papiers

2. Développer le taux de recyclage : 75% pour les emballages, 65% pour les papiers

3. Aider les collectivités à atteindre le zéro mise en décharge

4. Augmenter le ratio performance/coûts de la gestion des déchets d’emballages ménagers et papiers

5. Développer l’éco-conception (jusqu’à 40 M€ d’investissements sur 5 ans) et la recyclabilité des matériaux

6. Faire progresser l’économie circulaire dans les territoires

7. Mobiliser les consommateurs-citoyens pour augmenter le nombre de « trieurs systématiques » : 2/3 des Français (versus 1sur 2 aujourd'hui)

Pour ce faire, Citeo compte remettre l’entreprise au coeur de sa stratégie en le considérant désormais davantage comme un client à qui il faut apporter des services qu’un éco-contributeur auprès duquel il faut prélever la taxe. Quatre services clés sont ainsi proposés : un parcours client et une déclaration simplifiés, des analyses de données pour piloter leur contribution et leur performance environnementale, une aide renforcée à l’éco-conception et un accompagnement dans la sensibilisation des consommateurs aux gestes de tri. Une transformation qui a notamment été initiée par l'ouverture à la concurrence des éco-organismes et l'arrivée de Léko dont la survie n'est toutefois pas encore assurée.

Citéo ambitionne également de moderniser le dispositif de tri et de recyclage en partenariat avec les collectivités et les opérateurs avec la séparation à la source des papiers et des cartons des autres emballages ainsi que le développement de la collecte de proximité. Car le parc de centres de tri est fragmenté et sous-équipé par rapport à nos voisins européens. «Sans modernisation de l’outil industriel, le coût brut du dispositif de collecte, de tri et de recyclage en France, s’accroîtra de 255 millions d’euros d’ici à 2022 », indique Citeo. Son objectif est également de mobiliser davantage les citoyens pour que le geste de tri devienne un réflexe pour tous. Les études récentes ont, en effet, montré de fortes disparités de performances de tri, avec notamment des jeunes et des urbains qui trient moins que la moyenne nationale : 60 kg/habitant/an à la campagne, 40 kg dans les villes, 34 kg dans les grandes métropoles pour les emballages ménagers.

Le défi est de taille car les tonnages à trier ne cessent d’augmenter : à l’horizon 2022, la France produira 400 000 tonnes supplémentaires de matériaux triés dont 135 000 tonnes de nouveaux plastiques.