Process Alimentaire / Emballage / La nouvelle plate-forme DIS30 investit dans les plastiques durables

Emballage

La nouvelle plate-forme française DIS30 investit dans les plastiques durables

Karine Ermenier |  3 Juin 2019 | 

Quatre millions d’euros investis dans le développement de plastiques durables. Voilà les moyens dont va disposer dès son lancement la nouvelle plate-forme DIS30 co-créée par l’IPC (centre technique industriel dédié à l’innovation plastique et composite) et le CTCPA (centre technique majeur en agroalimentaire). Les deux s’allient aux pôles de compétitivité Plastipolis et Céréales Vallée pour développer des projets R&D et transférer leurs résultats aux entreprises dans trois domaines : la durabilité (D), l’intelligence (I) et la sécurité (S).

Sécurité du consommateur avec la plus faible empreinte environnementale

«Avec la plate-forme DIS30, nous voulons faire évoluer les plastiques vers des plastiques offrant un maximum de sécurité aux consommateurs, avec la plus faible empreinte carbone possible, à l’horizon 2030 », déclare Etienne Béchet de Balan, président d’IPC.

La plateforme DIS30 est co-financée par l’Union européenne (fonds FEDER) et soutenue financièrement par la région Auvergne-Rhône-Alpes. Deux millions d’euros vont être investis sur le site de Clermont-Ferrand d’IPC, notamment en moyens analytiques destinés à caractériser des substances (néoformés) et des matériaux (biosourcés) . « Sur le long terme, nous souhaitons faire de la région Auvergne-Rhône-Alpes un leader européen des matériaux polymères », déclare Emmanuelle Bouvier, présidente de Plastipolis, pôle de compétitivité sur la plasturgie basé dans l’Ain.

Vers l’intégration de PE et de PP recyclés dans les emballages alimentaires

Une dizaine de projets de R&D ont déjà été identifiés par les partenaires en matière de design, d’écoconception et de recyclage, ou encore pour développer de nouveaux polymères adaptés, tout en accélérant l’industrialisation de produits plastiques toujours plus intelligents, durables et sûrs.

Parmi eux, un projet Citeo pour faire progresser l’intégration de plastiques recyclés dans les emballages alimentaires. « Aujourd’hui, les plastiques usagés en polyéthylène (PE) et en polypropylène (PP) parmi les principaux gisements de plastiques peuvent être recyclés, mais les matières issues du recyclage n’ont pas d’aptitude au contact alimentaire car les procédés de décontamination existants ne permettent pas de purifier suffisamment ce type de polymères. Une aptitude au contact alimentaire est recherchée avec un procédé de purification innovant, associé à une procédure d’accréditation auprès des autorités. Nous souhaitons atteindre une parfaite innocuité pour le consommateur », explique Jacques Thébault, directeur d’IPC Clermont-Ferrand.