Process Alimentaire / Emballage / Pénurie de matières plastiques : premières ruptures chez les industriels

Emballage

Pénurie de matières plastiques : premières ruptures chez les industriels

Karine Ermenier |  12 Juin 2015 | 

La pénurie touche pour l'instant certains grades de polyéthylène et de polypropylène. Si la situation de pénurie de polymères perdurait, cela pourrait toucher un large spectre d'applications et mettre certaines industries de l'agroalimentaire et des boissons en situation de rupture d'emballages..

Les communiqués de presse envoyés par les professionnels de l'emballage en plastique pour dénoncer la pénurie de matières plastiques que font subir à l'Europe, depuis début 2015, les producteurs de polymères n'ont pour l'instant pas porté leurs fruits. L'organisation française Elipso (représentant les entreprises de l'emballage plastique et souple) et ses homologues allemand (IKA) et anglais (BPF et PAFA) en préparent donc un troisième. « Bien salé cette fois », annonce-t-on chez Elipso, car la situation s'aggrave.

Fermeture de sites de production d'emballages

La pénurie de polymères (sur certains grades de polyéthylène et de polypropylène notamment) est telle que plusieurs transformateurs de matières plastiques ont dû fermer des lignes, voire même des sites. « Et cela touche indépendamment les petits comme les gros fournisseurs, a expliqué Serge Vassal, vice-président films d'Elipso, en marge d'une conférence de presse organisée sur le thème de la stratégie d'Elipso en matière d'économie circulaire. C'est une crise inédite. Sur les 12 fabricants de polyéthylène que compte l'Europe, neuf ont invoqué des cas de force majeure. » Au total, 38 cas de force majeure ont été annoncés en trois semaines (chaudière en maintenance, etc.) : la couleuvre est un peu grosse à avaler pour les transformateurs qui soupçonnent les fabricants de polymères d'organiser volontairement la pénurie pour faire remonter les cours. Des cours qui ont chuté en 2014 et qui remontent en flèche depuis début 2015. Comme en témoignent les prix moyens observés en Europe de l'Ouest en mai 2015, publiés par Elipso :

- polystyrène cristal (PS) : 1 888 € la tonne (+ 33 % de janvier à mai 2015)

- polypropylène homo injection (PP) : 1 580 € la tonne (+ 33,5 % )

- polypropylène copolymère (PP) : 1 627 € la tonne (+ 29 % )

- polyéthylène téréphtalate (PET) : 1 360 € la tonne (+ 30 % )

- polyéthylène basse densité (PEBD) : 1 646 € la tonne (+ 33% )

- polyéthylène haute densité soufflage (PEHD soufflage) : 1 628 € la tonne (+ 37%)

- polyéthylène haute densité injection (PEHD injection) : 1 633 € la tonne (+ 37%)

- polyéthylène haute densité film (PEHD film) : 1 631 € (+ 33%)

« Ces hausses de prix sont déconnectées de la seule inflation du baril de pétrole », déplore Françoise Andres, la nouvelle présidente d'Elipso et par ailleurs dirigeante de l'entreprise Richard-Leleu depuis 1980. Gageons que de tels cours aideront peut-être les producteurs de polymères à résoudre leurs cas de force majeure. En attendant, nul ne peut le parier et nul ne sait quand cette pénurie cessera.Et surtout combien de temps les fabricants d'emballages tiendront, les plus fragiles surtout.