Process Alimentaire / Emballage / Verre d'emballage : l'industrie française continue à investir

Emballage

Verre d'emballage : l'industrie française continue à investir

Karine Ermenier |  18 Mai 2015 | 

Alors qu'il est souvent question de plastiques et de cartons dans l'actualité des emballages, le verre n'en reste pas moins un secteur fort de l'industrie française. Les journées Glassman Europe, qui se sont tenues à Lyon les 6 et 7 mai derniers, l'ont confirmé par les chiffres. Ce rassemblement des opérateurs européens du verre d'emballage s'est déroulé en France car l'Hexagone reste le troisième intervenant dans ce secteur en Europe. Elle assure 14 % de la production contre 18 % pour l'Allemagne et 16 % pour l'Italie.

La France a ainsi fabriqué 4,5 millions de tonnes de verre en 2013, dont 3,33 millions de verre creux. « Ces dernières années n'ont peut-être pas été les meilleures pour les fabricants français, mais la situation économique européenne s'améliore et l'industrie se prépare à atteindre des niveaux d'avant crise», indique la fédération Européenne du Verre d'Emballage (FEVE). La production a ainsi progressé de 2,2 % en 2013 en France, contre une moyenne de + 1,6 % en Europe.

24 entreprises réparties sur 42 sites de production

24 entreprises sont impliquées dans la fabrication de verre sur le territoire, réparties sur 42 sites différents. Elles emploient près de 19 000 salariés (1 600 dans le recyclage du verre), dont 12 700 dans le verre creux dédié à l'emballage. Les principaux intervenants sont : O-I, Verallia (Saint-Gobain Packaging), Saverglass, SGD, Pochet et Stölzle. Leur chiffre d'affaires dans le verre creux totalise 2,32 milliards d'euros.

Avec neuf usines de production (Béziers, Gironcourt, Labegude, Puy Guillaume, Reims, Vayres, Veauche, Wingles et Vergèze), O-I France est le plus grand fabricant d’emballages en verre du pays. En 2010, O-I a fait l'acquisition de la Verrerie du Languedoc, un petit fabricant de verre basé à Vergèze. Fondée en 1973, Verrerie du Languedoc dispose d'un four et de quatre lignes de production, et fabrique des contenants en verre pour l'industrie des boissons. En 2013, O-I a investi 40 millions d'euros dans ses activités françaises. Le marché du vin reste l’une de ses priorités.

O-I France leader devant Verallia

Verallia, la filiale conditionnement de Saint-Gobain, est le deuxième plus grand producteur d’emballage en verre en France. Avec six sites de production et douze fours dans le pays, Verallia France a produit environ 3,4 milliards de bouteilles et de pots en verre en 2013. L'année dernière, Verallia a investi 22 millions d'euros dans le four n°3 de son usine de Cognac, dédiée à la production de bouteilles de couleur verte pour le marché des vins de Bordeaux.

Fabricant de bouteilles de verre haut de gamme et de luxe, Saverglass, de son côté, produit des bouteilles en verre pour les spiritueux, les vins fins et la parfumerie. En 2013, le chiffre d’affaires de Saverglass a atteint 382 millions d'euros, dont près de 45 % à l'export et 90 % dans le domaine des vins et spiritueux. Le groupe travaille notamment avec Pernod Ricard, Diageo, Bacardi Martini, LVMH, Rémy Martin.

Autre fabricant : VOA-Verrerie d'Albi intervient également sur le marché des vins et spiritueux ainsi que sur les boissons non alcoolisées. VOA possède deux fours, avec une capacité de 180 000 tonnes, permettant d'alimenter six lignes de production. L'entreprise produit des articles en verre dans cinq couleurs de base : vert, feuille morte, blanc, extra-blanc et cannelle. L'entreprise a investi dans un système flexible lui permettant de produire de petits lots de flacons en verre. L'entreprise produit ainsi du verre de conditionnement en petites séries depuis 2010. Cette technologie de ligne flexible permet de produire jusqu'à trois produits différents sur une même ligne.

Bouteilles 30 % plus légères qu'en 1995

Les intervenants de Glassman Europe ont tenu à rappeler les vertus du verre d'emballage, dont l'industrie a été pionnière en matière d'économie circulaire. 74 % des pots et des bouteilles en verre sont ainsi recyclés en France. La Feve a calculé qu'une tonne de verre recyclé permettait d'économiser jusqu'à 1,2 tonnes de matières premières vierges. De quoi réduire de 60% les émissions de CO2. La conception des emballages en verre s'est aussi beaucoup améliorée : les bouteilles sont 30 % plus légères aujourd'hui qu'en 1995. Leur fabrication consomme moins d'énergie et provoque moins d'émissions lors des transports. Autre atout : la logistique de proximité car plus de la moitié des contenants sont transportés par les fabricants vers leurs clients dans une zone inférieure à 300 kilomètres.