Process Alimentaire / Flash IAA / Cristal Union souhaite fermer deux sucreries et rationaliser Erstein

Cristal Union souhaite fermer deux sucreries et rationaliser Erstein

Pierre Christen |  21 Avril 2019 | 

Après l'Allemand Südzucker (Saint Louis Sucre) qui va arrêter la production des unités de Cagny (14) et d'Eppeville (80) au printemps 2020, c'est au tour de Cristal Union (marque Daddy) d'annoncer un plan de restructuration. La coopérative française met à l'étude le projet de fermeture des sites de Bourdon à Aulnat (63) – 96 salariés - et de Toury (28) – 150 salariés -, ainsi que le projet d'arrêt partiel de l'activité de conditionnement située à Erstein (67) à partir de la campagne 2020-2021.

La fermeture de la sucrerie de Toury impacterait une capacité de production annuelle de plus de 150 000 tonnes de sucre. Selon la Confédération des planteurs de betterave (CGB), 630 agriculteurs sont concernés. Ils pourraient cependant continuer d'alimenter les autres sucreries de la région. Ce n'est pas le cas à Aulnat en Auvergne. La sucrerie de Bourdon est la seule de la région. Son arrêt retirerait une capacité de production de 70 000 tonnes de sucre et supprimerait un débouché pour les 423 planteurs. Ce qui signerait la « disparition de la betterave de notre bassin près de 200 ans après son introduction », déplore la CGB. Un projet de reprise par les producteurs est déjà évoqué.

Le plan de restructuration annoncé par Cristal Union fait suite à l'annonce d'un résultat dans le rouge pour l'exercice clos le 31 janvier 2019, après une campagne dynamique en volume (1,5 million de tonnes de sucre en 2018). Le groupe coopératif indique que la plupart des acteurs sucriers européens sont contraints de rationaliser et de réorienter leurs activités pour préserver leur compétitivité. Il pointe la fin des quotas sucriers, entrée en vigueur en 2017, et l'exposition directe à des cours mondiaux très faibles compte tenu de stocks pléthoriques de sucre blanc et roux.

A la fin des quotas, les sucriers européens ont en moyenne demandé à leurs producteurs une augmentation de 20 % des volumes produits. Dans le même temps, la production n'a pas faibli en Thaïlande, au Brésil et en Inde, au fort potentiel exportateur. Cristal Union déplore que l'Union européenne n'a pas mis en place de mesure de gestion de marché, ni d'aides à la restructuration, alors que la majorité de ces pays subventionnent d'une manière ou d'une autre leurs filières (aides aux producteurs de canne, soutiens à l'exportation, avantages aux industriels producteurs d'électricité).