Process Alimentaire / Flash IAA / Engagé à être bon élève des EGA, Leclerc signe un premier accord avec Danone

Engagé à être bon élève des EGA, Leclerc signe un premier accord avec Danone

Karine Ermenier |  3 Janvier 2019 | 

Campagne menée par les magasins Leclerc pour indiquer la baisse du prix de 4600 produits à Marque Repère en 2019. Une façon, pour l'enseigne, de contrer la hausse du SRP sur les produits de marque nationale.

Dans un article posté sur son blog et intitulé "Où en est-on dans le feuilleton des négociations commerciales?", Michel-Edouard Leclerc annonce que « les discussions entre E.Leclerc et ses fournisseurs ont plutôt bien démarré ». « Et c'est la bonne nouvelle que j'ai présentée à Didier Guillaume, le nouveau ministre de l'Agriculture (que j'ai trouvé ouvert et au fait des dossiers), lors de notre rencontre la semaine dernière, ajoute-t-il. Je lui ai confirmé que les E.Leclerc appliqueront les EGA et qu'il est inutile de leur faire par avance un mauvais procès. »

Le président de l’ACD Leclerc a également écrit à Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, pour lui confirmer que son groupement serait bon élève des Etats Généraux de l’Alimentation. « Je peux dire sans la moindre hésitation qu'E.Leclerc sera au rendez-vous de 2019 pour participer à la revalorisation du revenu agricole ». Il en tient pour preuve un certain nombre d’avancées, qu’il égrainera sur son blog tout au long de l’année, à commencer par :

  • la signature de " beaux accords (notamment sur des produits dits sensibles) à l'instar de ce qu'a déjà fait Thierry Cotillard pour Intermarché. Mais il s'agit encore de s'assurer que le niveau de rémunération de l'amont (donc des producteurs français) sera positivement impacté. Le premier en date est celui signé entre Eurelec et Danone Produits Frais. Dévoilé le 2 janvier, cet accord tarifaire intègre l'évolution des coûts de production des élevages laitiers dans le prix du lait rentrant dans la fabrication des produits Danone (Activia, Danette, Danonino, etc.). En France, deuxième pays après les États-Unis, Danone Produits Frais réalise plus d'un milliard d'euros de chiffre d’affaires, dont 200 millions d'euros dans les centres E.Leclerc en 2018 (25 % de parts de marché).

    "Un tel résultat ne peut être obtenu sans l’implication et la responsabilité des équipes de l'industriel comme du distributeur, indique Michel-edouard Leclerc sur son blog. Il y avait, des deux côtés, une envie de jouer le jeu et d’avancer en toute confiance sur ce volet de la loi alimentation qui ne fait d’ailleurs pas débat entre les acteurs de la filière. Nous en avions convenu lors de nos échanges plus politiques, avec Emmanuel Faber, le PDG de Danone."

    "Autant sur le lait je pense que les acheteurs obtiendront les engagements nécessaires des fournisseurs, autant sur le porc c'est plus compliqué. Kermené, l'abattoir du groupement E.Leclerc (qui s'approvisionne déjà en porc 100% français) est en train d'organiser des filières d'approvisionnement plus valorisées. »

  • le recours au "discernement" de la part des négociateurs d'E.Leclerc vis-à-vis des PME. "C'est le mot d'ordre donné aux négociateurs, avec un objectif d'avoir bouclé les négociations pour la mi-janvier afin d'offrir aux PME une visibilité renforcée. On fera le bilan dans quelques jours », indique M-E.L.

  • la conclusion de 125 accords avec les fournisseurs bio et le lancement, en parallèle, des filières HVE (Haute valeur environnementale) avec financement de la transition alimentaire.
  • la conclusion de 1 500 nouveaux partenariats "Alliances locales" . "Ce qui porte le total des fournisseurs de proximité à 15 000", selon M-E.L.

Reste à voir si ces engagements se traduiront, dans les faits, par un apaisement des relations commerciales dans les boxs de négociation sur les autres catégories de marché et notamment sur les produits non agricoles. Le distributeur prévient déjà les charcutiers de grandes marques et quelques grands transformateurs, "qu’il va falloir trier dans les demandes d'inflation tarifaire car les importations représentent parfois jusqu'à la moitié de leurs approvisionnements". Par ailleurs, le Mouvement Leclerc annonce la baisse du prix de 4 600 produits à Marque Repère. Et ce, dixit M-E.L pour "pour contrer les effets négatifs des augmentations de prix et de limitation des promotions qui seront imposés par le gouvernement en 2019." Les produits issus de l'agriculture, de la pêche et de l’aquaculture (viande, poisson, lait, fruits et légumes...) ne sont pas concernés.