Process Alimentaire / Flash IAA / Isogone : les lauréats du prix 2017 de l'innovation agroalimentaire bretonne

Isogone : les lauréats du prix 2017 de l'innovation agroalimentaire bretonne

Pierre Christen |  4 Décembre 2017 | 

Lors du dernier colloque du pôle Valorial, l'association Isogone a dévoilé le palmarès du Prix de l'innovation agroalimentaire bretonne 2017. Créé en 1986, ce concours est organisé par les élèves-ingénieurs de l'école Agrocampus Ouest (spécialité agroalimentaire). Soutenu par la région Bretagne, le prix bénéficie du parrainage de l'ABEA (Association bretonne des entreprises agroalimentaires), de Breizpack et de Valorial.

Voici les quatre lauréats de cette édition 2017

Prix Saveurs : Les Merveilleuses – Loc Maria Biscuits

« Cette nouveauté se veut une bouchée croustillante et gourmande, pour accompagner par exemple un café », explique Aurélie Tacquard, directrice développement & innovations de Loc Maria Biscuits. Elle se constitue de brisures de Gavottes, la célèbre crêpe dentelle qui a fait la réputation de la biscuiterie, associées à du chocolat et des inclusions de caramel ou des pépites de chocolat. L'ensemble est fourni avec un plateau à déballer pour être présenté sur la table. « Nous sommes partis d'une page blanche pour ce projet. L'enjeu étant d'associer le croustillant des brisures de crêpes dentelle et la gourmandise des inclusions. Le process particulier a été la difficulté dans ce projet », précise-t-elle.

Prix Usages & Conso : Kouign-Amann pur beurre - Marie Morin

Marie Morin poursuit sa dynamique d'innovation sur un segment des desserts où il reste difficile de se renouveler. « Nous essayons de faire des choses différentes de ce qui existe déjà en grande distribution. C'est un vrai challenge, tout en gardant simplicité et plaisir », souligne Bruno Morin, en charge de la partie commerciale. Un midi, au restaurant, il a mis son frère au défi de faire mieux que l'amandine poire qu'il avait entre les mains. Le résultat : une spécialité bretonne, un kouign-amann pur beurre, sorte de pâte à pain mélangée à du beurre et du sucre, roulée et cuite à haute température. L'entreprise s'est associée à un pâtissier de Saint-Brieuc, Arnaud Troalic, lauréat 2016 du prix du Meilleur Kouign-Amann de Bretagne. Le résultat, obtenu sans colorant et sans conservateur bénéficie d'une texture croustillante à l'extérieur et moelleuse à l'intérieur. Le dessert est commercialisé au rayon frais en portion individuelle.

Prix Préparations/Aides Culinaires/Ingrédients : Le rouleau de pâté prêt à trancher – Hénaff

Ce sont les innovations les plus simples en apparence qui peuvent s'avérer les plus complexes. Hénaff poursuit sa politique d'innovation, tournée vers la diversification en termes de produits (saucisses, saucisson sec,…) et en termes d'usages avec cette nouvelle présentation de pâté dédiée à la restauration collective. L'entreprise finistérienne a fait le constat de l'absence de solution dédiée à ce réseau. Mis à part une boîte de pâté circulaire d'1 kg, peu pratique. « En observant l'offre et les usages de nos clients, nous avons imaginé ce nouveau format. Il permet de faire facilement des tranches rondes et donc de faire gagner du temps aux cuisiniers », précise-t-elle. Une innovation sur un pâté créé en 1915 et dont la fabrication est dotée de plusieurs verrous technologiques et d'une recette inamovible ! « Nous essayons de créer des produits uniques à partir de process qui nous sont propres. C'est le cas avec notre pâté réalisé à partir de l'ensemble des coches », souligne Silvia Rama, responsable marketing et communication.

Prix Coup de Coeur : Pâté marin – Groix & Nature

Avec ce pâté marin, Groix & Nature met en avant un savoir-faire culinaire historique de l'île de Groix. « Nous n'innovons pas pour innover mais dans un cadre. Nous avons un vrai projet de développement durable de proximité, avec l'envie de faire renaître l'activité de conserverie sur une île de 8 km sur 3. Nous avons aussi un devoir de mémoire comme avec ce pâté marin », souligne Marianne Guyader, la dirigeante. La recette associe du cochon labellisé Le Cochon de Bretagne, Bien né, Bien élevé (44 %), à du thon germon (39%). «Il faut savoir que l'île de Groix a pendant longtemps été le premier port thonier de France. Or les cochons manquaient sur l'île. Quand les fermes se mettaient à faire le pâté, la recette était souvent rallongée avec du thon », explique Emmanuelle Bernard, responsable marketing et commercial. La recette a été revisitée à l'aide d'échalotes, laitue de mer, sel de Guérande, poivre noir, etc. Le produit est valorisé dans une boîte en métal doté d'un look original réalisé par l'artiste Valérie Le Roux, à Concarneau (29), connue pour sa tête de thon stylisée.