Process Alimentaire / Flash IAA / Les prix du lait, du beurre et de la poudre devraient repartir à la hausse

Les prix du lait, du beurre et de la poudre de lait devraient repartir à la hausse

Amélie Dereuder |  11 Juin 2018 | 

Le Cniel, Centre national interprofessionnel de l'économie laitière, a présenté son étude du mois de mai sur la conjoncture laitière. Selon Benoît Rouyer, économiste pour l’interprofession, la situation s’améliore par rapport aux derniers mois.

Le ralentissement de la production mondiale vient ainsi conforter la hausse du prix du beurre observée par la filière depuis janvier 2018. L'augmentation des prix à la consommation est, en revanche, nettement plus mesurée sur les autres produits laitiers tels que le lait, les yaourts et les fromages. Les prix de la poudre de lait écrémé restent quant à eux très bas (sous le seuil d'intervention) mais devraient repartir à la hausse compte tenu de l’augmentation de la demande internationale. 66 000 t de stocks d'intervention ont également été vendus en avril et en mai. D'après Benoît Rouyer, les prix du lait à la ferme devraient également augmenter au second semestre : ils s'établissaient à 311 € les 1000 tonnes en mars dernier pour le lait de vache conventionnel, contre 325 € les 1000 litres en moyenne pour le lait de vache toutes qualités confondues (comprenant le lait bio et le lait pour produits AOP).

Collecte en hausse de seulement + 0,4 % en Europe en mars 2018

Au niveau des bassins exportateurs, la production en ce début d’année est mitigée, avec un recul de 1,8 % en Nouvelle-Zélande. En Europe, la collecte a été dynamique jusqu’en février avant d’être stoppée par la météo défavorable. « Les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer montrent que la courbe de collecte de 2018 est passée en dessous de celles de 2016 et de 2017 entre la deuxième quinzaine du mois de mars et la fin du mois d’avril. Le pic de collecte a été ainsi beaucoup moins prononcé que les années précédentes. La progression atteint seulement + 0,4 % en mars. Désormais, la collecte se situe dans sa phase de recul saisonnier et suit globalement le profil de l’année 2017», explique l’économiste.

Retrouvez la dernière note de conjoncture en vidéo sur Youtube.