Process Alimentaire / Flash IAA / Nestlé regroupe ses sièges à Paris pour retrouver la croissance

Nestlé regroupe ses sièges à Paris pour retrouver la croissance

Pierre Christen |  20 Novembre 2017 | 

Le futur siège de Nestlé France accueillera 2500 salariés dans un immeuble à zéro impact environnemental du quartier de la rue Guynemer à Issy-les-Moulineaux entre la Porte de Versailles et la Porte de Sèvres. DR.

Lors du comité de groupe du 14 novembre, Richard Girardot, p-dg de Nestlé France, a annoncé la création d’un pôle d’expertise « Alimentation et Bien-être », situé à cheval sur les communes de Paris et Issy-les-Moulineaux, entre la Porte de Sèvres et la Porte de Versailles. « Ce pôle devra devenir la référence française en matière d’innovation, de développement, de qualité, de culture digitale, de transparence, de responsabilité sociale et de création de valeur partagée », a souligné le dirigeant avant d’ajouter : « et de développement humain, car vous en serez les principaux acteurs », comme il le précise sur son blog.

Concrètement, ce pôle rassemblera au 4ème trimestre 2019 tous les sièges et fonctions support des différentes entités du groupe en France, soit une dizaine d’entreprises et des dizaines de marques. L’élément central du projet est le transfert du siège historique situé dans l’ancienne chocolaterie Menier à Noisiel (Seine-et-Marne) dans le Grand Est parisien. 2500 salariés sont concernés au total, dont 1500 actuellement à Noisiel. Cinq sièges franciliens (Nestlé, Herta, Nespresso, Nestlé Waters et Galderma) sont aussi concernés.

Les syndicats craignent que la création de cette plate-forme unique ne s’accompagne de "casse sociale". Richard Girardot a, de son côté, motivé le projet par le besoin de "réagir face au manque de performances et la faible créativité" du groupe en France en 2017.

"Nous sommes obligés de prendre en compte la transformation des comportements des consommateurs, qui veulent tout, du bio, du frais, du végétal,…, mais aussi des donneurs de leçons comme les ONG et les médias, qui - il faut le reconnaître - ont parfois raison, et enfin des distributeurs qui aujourd’hui nous dictent nos stratégies et nos tarifs", a-t-il justifié.

Le dirigeant a critiqué l’organisation actuelle, « qui ne nous a pas permis de prendre tous les bons virages » et déploré les différences de pratiques entre les fonctions supports ou encore le manque de cohérence des objectifs donnés à chaque catégorie. Richard Girardot souligne que ce regroupement a vocation à « mieux conseiller le business ».

A ce titre, des unités de catégories vont être créées, comme c’est déjà le cas pour l’eau, les aliments pour animaux, Nespresso et Nescafé, qui sont d’ailleurs les catégories pour lesquels les résultats 2017 ont été positifs. « C’est en créant ces conditions favorables que Nestlé en France retrouvera le chemin de la croissance », conclut-il.

En parallèle, le conseil d’administration de Nestlé a modifié l’organisation des activités de nutrition infantile du groupe. L’objectif : permettre de progresser dans cette catégorie à forte croissance. A partir du 1er janvier 2018, les activités de nutrition infantile ne seront plus gérées au niveau global, depuis Vevey en Suisse, mais au niveau régional à partir de grandes zones géographiques.