Process Alimentaire / Ingrédients / Food Val de Loire incube deux start-up bio

Innovation Bio

Food Val de Loire incube deux start-up bio

Amélie Dereuder |  9 Mai 2016 | 

L'incubateur Food Val de Loire a accueilli deux entreprises : Comme des Papas fabrique des plats pour bébés frais, bio et de saison et Terra Cérès a inauguré en 2016 son atelier de pâtisseries et de pains sans gluten, sans lactose et bio. Crédit photo Terra Cérès.

La CCI du Loir-et-Cher a monté en 2011 le cluster sur l'Agroparc de Contres, au sud de Blois (41). Après avoir rassemblé un réseau de 130 entreprises dans la région, Food Val de Loire a installé une cellule d'intelligence, un parc d'activité de 40 ha ainsi qu'un incubateur d'innovation avec 400m2 de bureaux et une coque industrielle de 850 m². 1200 m² d'ateliers seront ajoutés prochainement, ainsi que 400m2 supplémentaires pour les bureaux et les salles de réunion.

Grâce à sa cellule de veille, Food Val de Loire déniche des projets très en amont et convainc les futurs entrepreneurs (en France et à l'étranger) de se lancer avec lui.« Notre localisation permet d'être proche des zones de production et de Paris, pour ceux qui visent principalement ce marché. Si l'entreprise vise au contraire une commercialisation en BtoB, nous disposons aussi dans notre réseau d'un certain nombre de clients de référence ou qui peuvent jouer les pilotes », ajoute Pascal Badoux, coordinateur du cluster. Autre avantage, il est possible de trouver des partenaires pour la mise en place de productions céréalières et maraîchères, avec la possibilité d'implanter d'autres cultures, notamment bio.

Pour l'instant, l'incubateur a accueilli deux entreprises. En 2015, la première start-up, Comme des Papas, s'y installe sur 250 m² pour fabriquer des plats pour bébés frais, bio et de saison. Elle vient de lancer une levée de fonds pour asseoir son développement. En avril 2016, la seconde jeune pousse, Terra Cérès, a aussi inauguré son atelier de 350 m² fabricant des pâtisseries et des pains sans gluten, sans lactose et bio.

Arthur Bégou, un des trois fondateurs de la start-up de plats bio pour bébé Comme des Papas.


Comme des Papas

Arthur Bégou, Clément Girault et Édouard Ampuy se sont rencontrés sur les bancs d'une école d’hôtellerie et ont créé leur société en 2014 suite à une campagne de crowfounding. Ils fabriquent une cinquantaine de plats infantiles (de 6 à 24 mois) pasteurisés, bio et de saison, commercialisés à 80 % via l'e-commerce (notamment par Amazon), avec une livraison en deux jours, principalement en région parisienne. Les recettes sont originales et ne contiennent que des fruits, des légumes, des épices et de la viande ou du poisson. « La majorité de nos approvisionnements sont locaux, à partir de circuits courts. Les carottes et poireaux bio viennent du champ situé à 500m. Même l'igname est cultivé dans la région ! » explique Arthur Bégou. Les recettes changent tous les trois mois, et le catalogue va compter 70 références en 2016. Différentes textures, poids et recettes sont disponibles en fonction de l'âge de l'enfant. Les aliments sont cuits au four vapeur, mixés, dosés dans des pots en verre qui sont sertis et pasteurisés pour assurer une conservation de deux mois au frais. Le CTCPA a participé à la sélection des équipements et à la détermination des barèmes de cuisson, un seul four vapeur étant utilisé pour la cuisson puis pour la pasteurisation. Les produits sont ensuite refroidis et envoyés chez les particuliers dans un carton de 12 pots. Ces plats pour bébés ont une durée de vie de deux mois. La société a réalisé 100 000 euros de chiffre d'affaires la première année, et compte le multiplier par 15 dans trois ans. « Avec l'arrivée d'une nouvelle offre de livraison frigorifique en 48h comme ChronoFresh d'ici la fin de l'année, nous allons pouvoir nous passer d'emballages spécifiques, ce qui nous fera aussi économiser sur les coûts de livraison », ajoute Arthur Bégou. En attendant, les fondateurs ont lancé début mai une deuxième campagne de crowfunding qui durera trois mois. Le but, rassembler entre 100 et 200 000 euros sur la plateforme Wiseed pour financer la croissance de la société. D'ici 2018, deux nouveaux produits devraient être lancés, et la société verra ensuite si elle peut sortir de l'incubateur à Contres et se développer à l'international.

Fabienne Ermel et Eric Blondeau, les créateurs de Terra Cérès, fabricant des pains et des pâtisseries bio sans gluten ni lactose.


Terra Cérès

Terra Cérès a été créé en 2015 à l'initiative de Fabienne Ermel et Eric Blondeau. Déçu de la qualité organoleptique des pains sans gluten, les deux entrepreneurs souhaitaient développer des produits panifiés sans gluten, sans lactose, bio et savoureux, avec une durée de vie de trois semaines en ambiant, sans conservateur et à un prix raisonnable. « Une des difficultés que nous avons rencontrées est la conservation, sachant que nous voulions une mie moelleuse et hydratée sans gluten ni additif. Nous avons réussi en adaptant le process de cuisson et l'emballage », explique Fabienne Ermel. La recette leur a pris cinq mois de développement avant d'arriver à un produit satisfaisant. Les formules incluent de la farine de souchet, de sarrasin, de riz, ou de châtaigne, mais aussi du lin, du chanvre ou des graines. Par la suite, la start-up a voulu mettre au point des moelleux toujours sans gluten, sans lactose ni additif. Elle a reçu l'aide du CTCPA sur la conservation (trois mois en ambiant), l'organoleptique et l'aspect économique. Des mix boulangers et pâtissiers complètent aussi la gamme. La société essaie de structurer une filière d'approvisionnement bio locale.Le but est d'intégrer les matières premières dans les recettes dès 2017. Les pains et pâtisseries sont vendus dans les réseaux bio au niveau régional et les fondateurs espèrent à terme les commercialiser dans les enseignes bio nationales.

Food Val de Loire continue de traiter les dossiers pour sélectionner de nouvelles PME, en bio ou en conventionnel. Mais pour parfaire son développement, le cluster espère accueillir en 2017 un FoodLab. Cet atelier mutualisé permettra de prototyper rapidement des produits, grâce à un designer alimentaire et une imprimante 3D.