Process Alimentaire / Ingrédients / IFS, BRC, FSSC 22 000 : ils s’engagent !

Ingrédients

IFS, BRC, FSSC 22 000 : ils s’engagent !

Pierre Christen |  11 Octobre 2011 | 

Christian Bergougnoux, responsable Qualité, Chamtor

En matière de sécurité des aliments, le respect de la réglementation constituée par le Paquet Hygiène et son bras armé, le règlement « critères microbiologiques », est nécessaire, mais se révèle de plus en plus insuffisant à satisfaire les attentes des clients industriels. Dans un souci de cohérence tout au long de la chaîne alimentaire, ces derniers reportent sur leurs fournisseurs, les exigences que leurs propres clients distributeurs leur imposent désormais. Ce qui se traduit par des demandes, encore toutefois plus implicites qu’explicites, ayant pour socle minimum les référentiels reconnus équivalents par le GFSI (Global Food Safety Initiative), regroupant les plus grands distributeurs mondiaux, et dont les plus connus sont l’IFS (international Food Standard), le BRC (British Retail Consortium), le FSSC 22 000 et Synergy 22000 ainsi que SQF 2000.
IFS et BRC en tête
La grande distribution pèse de tout son poids derrière les référentiels IFS, d’inspiration franco-allemande, et BRC, d’origine britannique. Ce sont clairement les plus demandés. Si ces deux standards ne cessent de converger les dernières évolutions devraient au contraire les distinguer. La sixième version du BRC va entrer en application au 1er janvier 2012, avec un renforcement de l’aspect directif. De son côté, la version 6 de l’IFS, attendue pour le début de l’année 2012, va intégrer un plus grand nombre d’exigences liées à la qualité des produits (analyses nutritionnelles, contrôle du poids des produits, etc.).
De leur côté, les grands groupes industriels privilégient le FSSC 22 000, qui résulte de combinaison de l’Iso 22000, dédiée au management de la sécurité des aliments, et de Pas 220, développée par le G4 de l’agroalimentaire (Danone, Unilever, Kraft Food, Nestlé) pour préciser les exigences des programmes pré-requis. Elle reste toutefois minoritaire.
Au-delà de l’exigence commerciale, s’engager dans une de ces démarches de certification illustre la volonté de renforcer son système qualité et de sécurité des aliments, mais aussi de rassurer voire de se rassurer à l’heure où les crises alimentaires contribuent à créer un climat anxiogène. Car dans le fond, « pour nos clients, il est important d’avoir un fournisseur avec une certification en cohérence avec ce qui leur est demandé, en vue d’avoir une maîtrise de toute la chaîne », souligne Marc Roller, directeur scientifique de Naturex.

Retrouvez dans le numéro d'Octobre 2011 du magazine Process Alimentaire les témoignages de :

- Jean-Louis Mermet, directeur de Concept Fruits (groupe Roger Descours)

- Marc Roller, directeur scientifique du groupe Naturex

- Christian Bergougnoux, responsable qualité de Chamtor (Siclae) .