Process Alimentaire / Ingrédients / Le chanvre s’invite dans les confiseries de l’ISM

Ingrédients

Le chanvre s’invite dans les confiseries de l’ISM

Amélie Dereuder |  4 Février 2019 | 

Sur le concours du salon ISM de Cologne, deux produits au chanvre ont été récompensés : Katjes Fassin a reçu la seconde place avec sa barre Hemtastic Hemp et Roelli Roelli est montée sur la troisième place du podium pour son chewing-gum Swiss cannabis gum. Crédit photo Katjes et Roelli Roelli.

2019 pourrait bien être l’année du chanvre. Après avoir accéléré son développement en Europe en 2018, ce végétal séduit de plus en plus de marchés. Sur le salon ISM, dédiés aux confiseries et produits sucrés, le chanvre a remporté un beau succès.

Sur les 135 produits présentés au concours ISM New Product Showcase, deux lancements qui contenaient du chanvre ont été récompensés. L’entreprise allemande Katjes Fassin a reçu la seconde place avec sa barre Hemtastic Hemp. Sucrée au miel, elle contient 20 % de graines de chanvre et se décline en trois parfums : cacao-amande, cranberry-goji et cajou-coco. Les graines de chanvre (aussi appelées chènevis) sont autorisées dans l’alimentation humaine et peuvent servir à l’enrichissement en protéines (30 % sur graine décortiquée). Elles contiennent également huit acides aminés essentiels, des omégas 6 et 3, des vitamines B1, B2, B6 et E, ainsi que du phosphore, du potassium, du magnésium, du calcium…

Les graines de chanvre et le cannabidiol à l’honneur

Le troisième prix a été attribué à Roelli Roelli pour son chewing-gum Swiss cannabis gum à la menthe poivrée, à l’extrait de feuille de chanvre et à l’huile de chanvre. Le produit contient 5 mg de CBD (cannabidiol), une molécule considérée comme non stupéfiante. La société suisse insiste sur les effets relaxants, analgésiques, anti-spasmodiques, anti-inflammatoires, anxiolytiques et anti-oxydants du composé. Le paquet de chewing-gums entiers équivaut à 6 g de chanvre. Roelli Roelli précise que cette confiserie est complètement légale en Europe et en Suisse.

Ailleurs sur le salon, le chanvre a aussi fait des émules. Sur le pavillon du Royaume-Uni, Simpkins a de son côté présenté un bonbon au manuka et au CBD (cannabidiol). L’Allemand Neukircher Zwieback a lancé Filinchen Cubellis, des biscuits aux graines de chanvre et au sésame. L’entreprise anglaise The Marshmallowist a présenté une guimauve à l’huile de CBD, au poivre rose et au pamplemousse.

Pas tous commercialisables en France

Toutefois, tous ces produits n’ont pas vocation à être commercialisés en France. En alimentaire, seules les graines sont autorisées et dans certaines conditions : elles doivent provenir de chanvre industriel, la plante doit contenir moins de 0,2 % de delta-9-tétrahydrocannabinol (THC, la molécule psychoactive) et le produit fini ne doit pas en contenir. Selon le rappel de la Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives , l’utilisation des tiges, feuilles et fleurs sont proscrites. Ce sont elles qui contiennent principalement le CBD. Hors médicament, il n’est pas possible de revendiquer des allégations thérapeutiques. D’autre part, les extraits de cannabinoïdes (dont le CBD) sont considérés comme relevant de la législation Novel Foods et doivent donc être évalués pour être autorisés. Un dossier a d’ailleurs été déposé par la société tchèque Cannabis Pharma qui demande l’autorisation du trans-cannabidiol dans les compléments alimentaires pour une dose de 130 mg par jour. En parallèle, le 15 janvier 2019, l’association européenne du chanvre industriel a appelé la Commission européenne à reconnaître les extraits ayant les mêmes taux de CBD que la plante (1-5%) ne soient pas considérés comme Novel Food et donc commercialisables en Europe. Les débats promettent d’être encore longs...

Pour en savoir plus, lire " Le chanvre, super-aliment qui a de quoi rendre accro ", octobre 2018, page 66.