Process Alimentaire / Ingrédients / Manger des morceaux plus tôt pourrait limiter les refus alimentaires des enfants

Nutrition

Manger des morceaux plus tôt pourrait limiter les refus alimentaires des enfants

Amélie Dereuder |  25 Juin 2018 | 

Les chercheurs de l’Inra et de Blédina ont étudié la façon de consommer, l’acceptabilité et l’appréciation de différents aliments et textures auprès d’enfants de 6 à 18 mois. Résultats : les tout petits sont capables de manger une variété de texture bien plus tôt que les parents ne le pensent. Crédit photo © Narong Jongsirikul

Afin de déterminer comment les jeunes enfants apprennent à manger des textures variées et lesquelles peuvent être proposées avant un an et demi, les chercheurs de l’Inra et de l’entreprise Blédina (Danone) ont mené une étude longitudinale entre 2015 et 2017 sur 50 enfants de 6 à 18 mois. Les partenaires se sont basés sur des études qui suggèrent qu’une introduction trop tardive des morceaux serait associée à des refus alimentaires à 18 mois et à de moindres consommations de fruits et légumes à 7 ans.

Les scientifiques ont proposé aux enfants trois cuillères en fonction de l’âge des bébés (purées lisse ou granuleuse, morceaux de légumes cuits ou crus, morceaux de viande, pâtes, muesli, morceaux collants (banane et brie) et petits pots du commerce), ou un morceau (pain et biscuit). A chaque fois, les partenaires ont évalué:

  • la façon de le consommer (en le suçant ou en le mastiquant)
  • l’acceptabilité (s’il était capable de l’avaler)
  • l’appréciation (si l’enfant aime l’aliment).

Début de la mastication à partir de 6 mois

Selon les chercheurs, les purées granuleuses avec ou sans petits morceaux mous sont très bien acceptées dès 6 mois et les enfants les consomment principalement par succion. Entre 6 et 10 mois, les enfants apprennent à mastiquer, ce qui leur permet de mieux accepter des morceaux mous, collants et du pain. Cependant, à 10 mois, moins de 50 % des enfants étaient capables de manger un quignon de pain ou un biscuit pour bébé dans le temps limite (une minute). C’est à partir de 15 mois que tous les enfants sont capables de les consommer. Entre un an et un an et demi, les enfants mastiquaient tous les aliments et le comportement de succion avait quasiment disparu. A un an, toutes les textures d’aliments sont acceptées, sauf les légumes crus et les petites pâtes. A 15 mois, 50 % des enfants les mangent, tandis que d’autres ne parviennent pas à les consommer à 18 mois.

Les chercheurs pointent que l’acceptabilité des morceaux durs et des légumes crus augmente progressivement entre 6 et 18 mois, en parallèle du développement de la mastication. La plupart des enfants acceptent en petite quantité la plupart des textures proposées et sont donc susceptibles de manger des morceaux plus tôt que leurs parents ne le pensent.

Ces recherches serviront à fournir des recommandations plus adaptées aux familles quant à la diversification alimentaire et Blédina pourra également s’en inspirer pour proposer des aliments infantiles plus variés en termes de textures.