Process Alimentaire / Ingrédients / Quatre Novel Foods autorisés dans les compléments alimentaires cet été

Ingrédients

Quatre Novel Foods autorisés dans les compléments alimentaires cet été

Amélie Dereuder |  3 Septembre 2018 | 

Cet été, la Commission européenne a validé la mise sur le marché de quatre Novel Foods dans les compléments alimentaires. Il s’agit de l’hydrolysat du lysozyme de blanc d'œuf, du sel disodique de pyrroloquinoléine-quinone, du chlorure de 1-méthylnicotinamide et des parties aériennes séchées de Hoodia parviflora. Crédit photo Fotolia © monticellllo

Suite à son entrée en application le 1er janvier 2018, le règlement Novel Food (UE 2015/2283) stimule l’appétit de l’agroalimentaire pour l’innovation. Alors qu’en vingt ans, seuls 125 nouveaux ingrédients ont été autorisés, quatre ont déjà été validés en mars et sept autres acceptés cet été.

Quatre sont des autorisations de mise sur le marché. Récapitulatif :

  • Hydrolysat du lysozyme de blanc d'œuf dans les compléments alimentaires. Cet ingrédient contient plus de 80 % de protéines, principalement des di et tri-peptides, des molécules beaucoup plus courtes que le lysozyme (129 acides aminés) et donc plus facilement métabolisables. Le dossier a été déposé par DSM pour son LumiVida, dont le but est d’augmenter la biodisponibilité de certains acides aminés comme le tryptophane.

  • Sel disodique de pyrroloquinoléine-quinone dans les compléments alimentaires. Cette demande a été déposée par Mitsubishi Gas Chemical Company, qui a d’ailleurs obtenu une protection des données de cinq ans. Pendant cette période, la société sera seule à pouvoir exploiter le Novel Food, commercialement dénommé BioPQQ. Selon Mitsubishi, l’ingrédient améliore la santé cognitive.

  • Chlorure de 1-méthylnicotinamide (1-MNA) dans les compléments alimentaires. Cet ingrédient développé par Pharmena bénéficie d’une protection des données de cinq ans. D’après la société polonaise, le 1-MNA aide au fonctionnement normal de l’endothelium.

  • Parties aériennes séchées de Hoodia parviflora dans les compléments alimentaires. Il s’agit d’une demande de Desert Labs. La société israélienne a obtenu une protection des données de cinq ans pour cet ingrédient qui peut être utilisé comme coupe-faim.

En plus de ces quatre autorisations de mise sur le marché, trois ingrédients ont bénéficié d’une extension d’usage :

  • Champignons (Agaricus bisporus) traités aux UV présentant une teneur accrue en vitamine D2. Banken Champignons Group et J.K. Holding ont obtenu de passer la teneur en vitamine D2 de 10 à 20 μg par 100 g de masse fraîche.

  • Levure de boulanger (Saccharomyces cerevisiae) traitée par UV. Lallemand a réussi à obtenir une extension d’usage de cet ingrédient dans les levures (préemballées, fraîches ou sèches) à usage domestique. La limite maximale de vitamine D2 a été fixée à 45 μg/100 g pour la levure fraîche et 200 μg/100 g pour la levure sèche. Dans les compléments alimentaires, la teneur maximale en vitamine D2 a été supprimée.

  • Huile extraite de la microalgue Schizochytrium riche en DHA. Il s’agit d’une demande de Mara Renewables Corporation pour autoriser une nouvelle souche de Schizochytrium, la T18. En plus des applications déjà validées, le Novel Food est désormais aussi autorisé dans les purées de fruits ou légumes (100 mg/100 g).