Process Alimentaire / Prix / Chapoutier optimise ses cartons avec la gamme Viti-éco

Projet nominé

Chapoutier optimise ses cartons avec la gamme Viti-éco

François Morel |  10 Mars 2010 | 

Le respect environnemental a été affiché à travers deux logos, l’un certifiant le caractère recyclable de l’emballage, et l'autre la fabrication à partir de carton recyclé. Source : Emin Leydier

La maison Chapoutier, spécialiste des vins fins des Côtes-du Rhône, et la papeterie–cartonnerie Emin Leydier étaient faits pour se rencontrer ! Outre d’avoir la Drôme comme berceau, les deux entreprises familiales partageaient la même volonté stratégique de privilégier les solutions environnementales. Début 2009, quand la Maison Chapoutier a décidé d’optimiser la fin de ligne du centre d’embouteillage de Tain, en chassant les gains environnementaux, elle a fait le choix du leader du papier recyclé en France.

Optimiser les grammages et les matériaux

Le partenariat a donné naissance à la caisse carton Viti-éco, après un audit environnemental, portant sur quatre points-clé :
L’optimisation des grammages. Le carton double cannelure B + C (petite cannelure), de l’ancien fournisseur, a été remplacé par un carton B + E (micro-cannelure). L'épaisseur a été, ainsi, réduite de 7 mm à 4 mm. Elle s’est doublée d’une optimisation des matériaux avec une utilisation plus grande de carton recyclé (on passe de 48% à 8% de fibres vierges).
Autre changement, les cloisons de séparation utilisées jusque là ont été remplacées par des calages en cellulose moulée. Emin Leydier est parti du principe que plus le produit est simple, plus il est facile à produire
L’axe logistique. Le nombre de références de caisses a été diminué.
L'axe décor. La personnalisation des caisses est réalisée à l’aide d’une réserve blanche (impression de la référence produit) dans le carton écru, celui-ci ayant remplacé le carton blanc utilisé précédemment. Les cartons sont imprimés en flexographie (post-impression) en utilisant des encres à l'eau.

Le bilan est une économie, au total, de 142 tonnes de papier, la suppression de 70 camions / rotation. Et une productivité supérieure de l’atelier : 0,5 % de déchets seulement, et une cadence qui passe à 14 cpm (contre 12 cpm avant).