Process Alimentaire / Prix / Filet Bleu agit sur tous les fronts du développement durable

Usine lauréate

Filet Bleu agit sur tous les fronts du développement durable

Pierre Christen |  15 Mars 2011 | 

Présidé par Philippe Rouault, délégué interministériel à l’industrie agroalimentaire, le jury d’experts et de journalistes du 3e Prix de l’Usine alimentaire durable s’est réuni le 10 février dans les locaux d’AgroParisTech. Il n’a pas eu la tâche facile rendant in fine un verdict mettant à l’affiche des résultats très serrés. Parmi un panel de 22 candidatures , Filet Bleu, dont le coeur de métier est la fabrication de biscuits « à façon », a devancé de quelques fines encablures le centre vinicole champenois Nicolas Feuillate et le spécialiste des produits naturels et biologiques Naturenvie .

La cohérence globale de la démarche ainsi que les multiples initiatives mises en avant ont fait la différence. Sur le volet technique, à chaque critère d’évaluation (performance énergétique, économies d’eau-déchets-effluents et écoconception) correspondent des actions et des résultats objectifs. Sur le volet social, la crèche interentreprises ou encore l’implication des représentants du personnel dans la réalisation d‘un journal interne ont retenu l’attention du jury. Jean-François Garrec, repreneur de l’entreprise en 1996, a su insuffler un état d’esprit axé sur l’ancrage solidaire dans le territoire, avant de se retirer l’année dernière. « Nous privilégions des partenariats locaux lorsqu’ils sont possibles », souligne Luc Cebron, directeur de la société depuis une dizaine d’années.

Filet Bleu est une filiale du groupement Les Mousquetaires (Intermarché) depuis 1996, soit trois mois après la reprise par Jean-François Garrec. Elle conserve un projet d’entreprise propre et une relative autonomie tout en profitant des atouts du réseau. Depuis 2009, le programme EVE (Ensemble vers l’excellence) a pour but de recenser au sein du groupe les bonnes pratiques sur différents sujets, dont le développement durable. « Il s’agit de partager nos savoir-faire en s’inspirant des bonnes pratiques des uns et des autres », explicite Luc Cebron.

Photos : Fred Pieau