Process Alimentaire / Prix / Nicolas Feuillatte s'engage de la vigne à la bouteille

Usine nominée

Nicolas Feuillatte s'engage de la vigne à la bouteille

Josselin Moreau |  15 Mars 2011 | 

Le centre vinicole Champagne Nicolas Feuillatte, près d’Épernay, fédère plus de 84 coopératives et 5500 vignerons. C’est le plus grand groupement de producteurs de l’aire d’appellation. « Cette origine coopérative place l’homme et le terroir au centre de nos préoccupations, affirme Dominique Pierre, directeur général de Nicolas Feuillatte. Il y a quinze ans déjà, nous avons créé le premier poste de technicien de la vigne pour former les viticulteurs à l’agriculture raisonnée. » Depuis, le centre vinicole, qui a tiré 22 millions de bouteilles en 2010, mène une politique ambitieuse en matière de développement durable. Avec des résultats à la clé qui lui ont permis de se hisser à la deuxième place du Palmarès 2011 du Prix de l'Usine alimentaire, comme le fabricant d'aliments biologiques et naturels Naturenvie . La biscuiterie Filet Bleu a été primé lauréate de l'édition 2011 par Philippe Rouault, président du jury, lors de la soirée du Cfia, le 15 mars 2011 à Rennes.

Chez Nicolas Feuillatte, l’investissement de 8 M€ réalisé en 2009 pour creuser de nouvelles caves à 17 mètres de profondeur permet de stocker 19 millions de bouteilles sur deux niveaux sous l’usine. L’isolation thermique par la craie y est naturelle : Nicolas Feuillatte réalise ainsi entre 300 000 à 400 000 kWh par an d’économies de climatisation.

Au niveau des consommations d'eau, le centre vinicole présente un ratio de 0,37 litre utilisé par bouteille, ce qui est 70% en dessous des moyennes de la profession, grâce à différentes optimisations et à l'investissement dans des épurateurs d’air par photocatalyse (Photoclean Quartz). Bilan : une réduction importante des cycles de lavage. Côté éco-conception, les bouteilles ont été allégées en 2010 de 7%. Les packagings ont été revus pour être recyclables (mono-matériau) ou moins émissifs en carbone. Tout développement est désormais soumis à une analyse de cycle de vie (ACV).

Le volet sociétal est lui aussi très actif. Un observatoire du climat social créé en 2008 permet d'écouter les attentes des salariés via un nouveau canal d’information complémentaire aux circuits hiérarchiques et aux représentants du personnel. En production, l’entreprise a réalisé plusieurs études de postes pour prévenir les TMS et agir contre le bruit. En 2012, Nicolas Feuillatte envisage de formaliser sa démarche RSE en intégrant le référentiel Iso 26000.