Process Alimentaire / Procédés / Avec Atl-en-tic, cinq start-up de l’Ouest dessinent l’énergie 4.0

Equipements

Avec Atl-en-tic, cinq start-up de l’Ouest mêlent énergie et technologies innovantes

Stéphanie Perraut |  12 Novembre 2018 | 

La nouvelle co-entreprise Atl-en-tic vise à favoriser la performance énergétique en industrie par l'usage de technologies innovantes de l'information et de la communication mais aussi par le recours à des solutions de production et de valorisation durables. (photo Fotolia - vege)

Leur objectif : proposer aux industriels une offre modulaire et interopérable de technologies et services innovants sur l’ensemble de la chaîne de valeur énergétique, c'est-à-dire de la collecte des données à leur valorisation, en passant par la production durable et le stockage de l'électricité. Les cinq jeunes entreprises Energiency, Akajoule, Enerdigit, Entech et NKE Wattecco ont annoncé le 8 novembre 2018 le lancement de leur co-entreprise Atl-en-tic (pour Atelier-énergie-Tic, Tic renvoyant aux technologies de l’information et de la communication). La structure rassemble ainsi des compétences spécifiques en matière de capteurs et internet de objets (NKE Watteco), d’intelligence artificielle (Energiency), de production et de stockage de l’énergie (Entech SE, lire à ce sujet Process Alimentaire d’avril 2018 , p. 76), de flexibilité sur le réseau électrique - effacement (Enerdigit) et d’études (Akajoule).

« Les industriels disposent déjà de données qui ne sont pas assez exploitées alors qu’elles constituent des gisements importants de compétitivité. Grâce à Atl-en-tic, ils peuvent se lancer dans une démarche « Energie 4.0 » et réaliser rapidement des économies d’énergie, quels que soient leur taille et leur stade de maturité », affirme Arnaud Legrand, dirigeant d’Energiency et président d’Atl-en-tic.

Jusqu’à 15 % d’économies sur la facture d’énergie

Atl-en-tic constitue le projet phare de Smile (Smart ideas to link energies), le programme de soutien aux réseaux électriques intelligents lancé en 2016 par les régions Bretagne et Pays de la Loire. La société fait l’objet d’un investissement total en R&D de plus de 6 M€, dont 2,5 M€ financés via le programme d’investissement d’avenir opéré par Bpifrance. Parrainé par l’Alliance Industrie du Futur, le projet est également labellisé par les pôles de compétitivité Valorial et EMC2. Il s’appuie en outre sur cinq autres partenaires : EDF (pour le conseil et l’accompagnement), Siemens (pour les questions de cybersécurité), Systovi (pour la technologie du solaire photovoltaïque), OET – groupe Altenov (pour l’installation d’équipements) et CEEI Creativ (pour l’accompagnement à l’innovation). Un riche pedigree qui a déjà séduit un premier client, le groupe industriel Cetih, spécialisé dans l’habitat (portes d’entrée, fenêtres, solaire, rénovation énergétique). « Les capteurs ne suffisent pas pour manager l’énergie dans une usine. Il faut facilement accéder aux données en temps réel, les analyser en les croisant avec d’autres données liées à notre activité, et enfin en déduire des actions réalisables par les équipes. C’est ce que nous permet Atl-en-tic », témoigne Anaël Le Goff, responsable énergie du groupe Cetih. D’autres industriels ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour participer à ce programme, éligible à des aides régionales et pouvant générer jusqu’à 15 % d’économies sur la facture d’énergie.