Process Alimentaire / Procédés / Ces robots qui ont fait le show au CFIA 2017

Automatisation

Ces robots qui ont fait le show au CFIA 2017

S. Perraut |  13 Mars 2017 | 

Présenté dans le cadre de l'animation Usine Alimentaire du Futur, ce robot collaboratif à deux bras Baxter de l'américain Rethink Robotic est muni d'yeux qui regardent l'actionneur en mouvement. Un renseignement précieux pour l'opérateur qui travaillent dans la même zone.

Entre retour en enfance et avancées technologiques, les robots amusent autant qu'ils ne fascinent. Dans les allées du CFIA Rennes 2017, il fallait parfois jouer des coudes pour avoir accès à certaines animations. L'équipe de rédaction n'y a pas non plus été insensible. D'autant plus que ces applications, parfois proches du "gadget", témoignent des évolutions techniques qui, au-delà de nos esprits, pourraient marquer les usines de demain. Voici notre sélection de six robots qui ont assuré le spectacle.

Le robot mobile Lynx proposé par Omron Adept Technologies est assimilable à un petit AGV (chariot autoguidé). Il supporte jusqu'à 135 kg de charge et ne nécessite aucune infrastructure. Des capteurs lui permettent de détecter la présence d'opérateurs ou d'autres équipements mobiles. Un laser vertical scrute le sol pour éviter les obstacles. Nous avons présenté ce robot fin 2014 dans l'article Le robot mobile Lynx joue les coursiers dans l’entreprise. Il a depuis été intégré pour des applications non alimentaires, notamment dans le milieu hospitalier où il peut par exemple livrer en autonomie des cathéters depuis la pharmacie centrale vers la salle d'opération en circulant dans les couloirs et en prenant même l'ascenseur ! Autre exemple d'application dans la préparation des repas, toujours en milieu hospitalier : le robot mobile apporte les kits de repas aux cuisiniers depuis la chambre froide.

Flexlink propose une cellule robotisée de palettisation qui repose sur un robot du fabricant danois Universal Robot. Occupant une surface au sol de 4m², la solution permet de palettiser deux palettes sur 1,9 m à des cadences de 8 à 12 cycles par minutes pour des charges jusqu'à 8kg. Un pied électrique en option permet de monter l'actionneur à 1,9 m (contre 1,2 m de haut en standard). En deux ans, Flexlink a mis en place plus de 150 cellules de ce type. La société a développé en complément l'application Cobo Ware pour créer de façon simple et intuitive les plans de palettisation.

Axys Robotique a développé une application ludique sur la base d'un robot collaboratif. Le visiteur sélectionne sur l'afficheur une boisson, dans un choix de trois. Le robot saisit un gobelet puis le dirige sous le robinet correspondant et l'actionne. Le robot, baptisé Sawyer, est conçu par l'américain Rethink Robotics, et distribué en France par Human Robotic. Il peut porter des charges jusqu'à 4 kg, à des cadences peu poussées. L'intégrateur a réalisé la « main » de l'actionneur, la cartérisation, la la programmation, conception de l'afficheur.


Sick a mis en scène ses solutions de détection dans une application de robotique coopérative visant à personnaliser par gravure laser une tasse en verre. Le texte à graver est saisi sur un poste informatique et enregistré sur un tag RFID, présenté manuellement à un lecteur en pied de robot. Le robot Kuka LBR iiwa présente son préhenseur à ventouse à un « opérateur » qui y dépose la tasse. L'actionneur amène l'objet vers le graveur, le dépose sur un support spécifique et ferme la machine. Une fois l'opération terminée, le robot récupère le verre et le dépose sur un support. Des détecteurs laser Microscan et S3000 créent de part et d'autre du socle du robot un rideau immatériel remplaçant la cartérisation ou la cage. Des zones vertes (fonctionnement à vitesse optimale), oranges (fonctionnement ralenti), rouges (arrêt) sont paramétrées en fonction du rapport distance / risque pour l'opérateur.


ABB a démontré les capacités de son robot collaboratif à deux bras YuMi en le faisant « jouer » avec des briques Lego. Conçu pour travailler en sécurité sur une tâche partagée avec un opérateur, YuMi se distingue en particulier par la relocalisation automatique : les quatre disques noirs insérés aux angles de la plaque sont des mires qui sont prises en photo par le système pour assurer le repérage de position. Un autre avantage de la solution réside dans la possibilité de prise d'ordre de fabrication par lecture d'un QR Code. Ces fonctionnalités facilitent le transfert entre postes sans nécessiter de reprogrammation complexe.


Stäubli a présenté son nouveau robot FastPicker TP80 HE, adapté aux environnements humides, sur une simulation de poste de travail assurant la réalisation de quatre tâches à une cadence élevée (jusqu'à 200 coups par minute). Le système est lavable et moussable en place. Le bras bénéficie d'une structure fermée IP65, renforcée par surpression. Sa surface est lisse et exempte de zone de rétention. La totalité des faisceaux électriques et pneumatiques sont dans le bras. La solution mise en avant combine fiabilisation, piquage, dépose de marquants (les petites billes rouges) et scarification.