Process Alimentaire / Procédés / Des solutions pour gérer la pénibilité

Procédés

Des solutions pour gérer la pénibilité

Stéphanie Perraut |  30 Juin 2014 | 

La technologie Froiloc de froid localisée permet de maintenir le produit à 2/4°C tandis que l'opérateur travaille dans une ambiance plus tempérée (supérieure à 13°C).

La loi n°2010-1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites doit entrer en application en 2015. Elle a mis en place un dispositif de prise en compte de la pénibilité au travail qui comporte deux volets : l’un en faveur de la prévention et l’autre relatif aux mesures de compensation. A l’heure où de nombreuses organisations plaident pour un délai supplémentaire de mise en œuvre, l’industrie agroalimentaire pourrait faire preuve de bon élève dans la prise en compte de la pénibilité.

Dans sa nouvelle usine, inaugurée le 27 juin 2014, la filiale Bridor du groupe Le Duff met en avant sa démarche d’amélioration ergonomique des postes de travail en collaboration avec le personnel et les équipementiers. Une stratégie qui se généralise et s’enrichit grâce à l’apport de la réalité virtuelle, comme nous le présentions le 10 juin avec Lactalis et Laïta, et au développement de la robotique collaborative (lire à ce sujet le dossier viande du numéro de juin 2014, p. 34). Cette branche de la robotique vise à préserver l’expertise humaine sur des tâches complexes en supprimant la composante pénible, telle que le port de charge. La société Dalmec par exemple propose de nouvelles solutions de manipulation de sacs alimentaires, pouvant être réalisés en acier inoxydable.

Davantage de confort dans les ateliers

L’environnement aéraulique et thermique de travail est un autre vecteur potentiel de pénibilité. Et encore une fois, des solutions se développe pour le secteur agroalimentaire. Au terme d’un projet initié en 2003, le frigoriste Cesbron a développé en partenariat avec l’Irstea, le Pôle Cristal, la Carsat Bretagne et des industriels, une solution de froid localisée ultra propre baptisée Froiloc. Elle permet de répondre au triple enjeu de sécurité alimentaire, d’économie d’énergie et d’amélioration des conditions de température dans les ateliers.

Finalement, la maîtrise d’un « compte pénibilité » passe également par une gestion fine de l’affectation du personnel. Ce qui peut s’avérer complexe pour des effectifs importants. Or il s’agit de la fonction principale de PeopleForce, le logiciel phare de l’éditeur Synthetis, qui a déjà séduit de nombreux industriels du secteur. La solution permet de répondre à la question « Qui va faire quoi aujourd’hui, demain, dans les jours à venir au niveau des ateliers de production ? ». Mars Chocolat France et Corman, pour ne citer qu’eux, gèrent leur personnel avec cette solution qui associe la pénibilité à chaque poste. PeopleForce repose sur un système de règles : règles d’ouverture, de poste et de personne, qui nécessitent une définition précise et la plus exhaustive possible des particularités du poste (équipement, pénibilité, travail de nuit, formation pré-requise etc.) et de l’employé (compétences, préférences etc.). « PeopleForce permet de gérer et d’anticiper. On a un grand nombre d’informations dans le logiciel au niveau des compétences des opérateurs et du nombre d’heures qu’ils ont passé sur un poste. Il a également permis de faire tourner les personnes sur les postes les plus contraignants », témoigne Ariane Jortay, responsable de production chez Corman.