Process Alimentaire / Procédés / L'effacement électrique rémunéré jusqu'à 15 000 € par an

Energie

L'effacement électrique rémunéré jusqu'à 15 000 € par an

Stéphanie Perraut |  23 Janvier 2019 | 


La France produit entre 20 et 21 millions de tonnes d’aliments composés pour les animaux d’élevage, dans environ 310 usines. Avec des consommations d’électricité importantes, le secteur est particulièrement porteur pour l’effacement. Un transformateur ayant souscrit un contrat d’alimentation électrique de 1780 kW a franchi le pas. Il a fait appel à la start-up nantaise Enerdigit, accréditée par le gestionnaire de réseau RTE, qui encourage les industriels à participer à l’équilibre du réseau électrique en valorisant (financièrement) leur capacité à moduler leur consommation. Après un audit du site, la jeune société a identifié les process « effaçables » : un broyage et une ligne de granulation. La constitution d’un stock tampon permet en effet à ces deux étapes d’être arrêtées quelques heures par an sans impacter la capacité de production.

Une offre adaptée aux contraintes de chaque industriel

Un contrat conclu entre Enerdigit et l’industriel mentionne les contraintes de l’usine (maximum quatre heures d’effacement par jour) ainsi que les engagements de puissance (464 kW) et de disponibilités (du lundi au vendredi hors jours fériés et hors juillet, de 7h à 20h) pour l’effacement. Dans la pratique, le site reçoit à J-1 avant 20h30 une notification de jour de pointe. Si un effacement lui est demandé, il est averti le lendemain (jour J), 2h avant l’effacement. Les machines sont ici arrêtées et redémarrées manuellement. En mettant en place cette procédure, l’usine a perçu de la part d’Enerdigit pour l’année 2017 une rémunération de 7000 €, correspondant à sept effacements (pour 33 jours de pointe) d’une durée de totale de 11h. Pendant ces effacements, le site a permis l’approvisionnement en électricité de l’équivalent d’une centaine d’habitations.

« Pour gérer les effacements sur site, il faut un peu de souplesse en production. Mais aussi un outil de communication efficace entre Enerdigit et le personnel usine. Pendant un effacement, notre ligne de dosage-broyage et nos deux lignes de granulation sont arrêtées. Nous réceptionnons seulement les matières premières et nous chargeons les camions de livraison », témoigne un utilisateur dans le secteur alimentation animale, Frédéric Goul, responsable du site de St Sylvestre/Lot de Sud-Ouest Aliment.

Plus d’informations sur Enerdigit dans le numéro de Janvier 2019 .