Process Alimentaire / Procédés / Les protéines de demain produites par électricité

Procédés

Les protéines de demain produites par électricité ?

Stéphanie Perraut |  9 Octobre 2017 | 

Des chercheurs finlandais ont mis au point une méthode expérimentale de production de protéines à partir d’une cellule souche, d’électricité et de dioxyde de carbone. Le projet de recherche s’étend sur quatre ans.

Le sujet n’est pas sans rappeler les scénarios de science-fiction. Et pourtant, il s’agit bien d’une expérience réelle menée en Finlande par l’Université de technologie de Lappeenranta (LUT) et le Centre de recherche technique VTT. Les scientifiques ont annoncé la production d’un lot de protéines à partir d’une seule cellule en utilisant de l’électricité et du dioxyde de carbone. Cette étude originale, baptisée Food from Electricity, est financée par l’Académie de Finlande et s’étend sur quatre ans. Elle fait partie du projet de recherche Neo-Carbon Energy, mené conjointement par les deux structures et qui vise le développement d’un système énergétique renouvelable et sans émission.

Les protéines « électriques » ainsi produites seraient utilisables pour l’alimentation animale et humaine. « Le mélange est très nutritif, avec plus de 50% de protéines et 25% de glucides. », explique Juha-Pekka Pitkänen, scientifique chez VTT. « Dans la pratique, toutes les matières premières sont disponibles dans l’air. À l’avenir, la technologie peut être transportée, par exemple, dans les déserts et dans d’autres zones confrontées à la famine », poursuit-elle.

Le réacteur expérimental permet de produire 1 g de protéines en deux semaines.

Utilisées en remplacement du fourrage, ces produits permettraient de libérer des zones terrestres à d’autres fins, comme le développement de zones forestières. « Par rapport à l’agriculture traditionnelle, la méthode de production en cours de développement ne nécessite pas d’emplacement avec les conditions optimales de température, d’humidité ou de type de sol. Cela permet d’utiliser un procédé automatisé dans une installation compacte, comme des conteneurs d’expédition. La méthode ne nécessite pas de substances antiparasitaires. Seule la quantité requise de nutriments semblables à des engrais est utilisée dans le processus fermé. Cela réduit l'impact environnemental, comme les eaux de ruissellement ou la formation de gaz à effet de serre » explique le professeur Jero Ahola de LUT.

Selon les estimations des chercheurs, le processus de création d'aliments à partir de l’électricité peut être près de dix fois plus efficace que la photosynthèse. Cependant, pour que le produit soit compétitif, le processus de production doit gagner en efficacité. Pour le moment, la production d’un gramme de protéines prend environ deux semaines. La prochaine étape consiste à démarrer une production à l’échelle pilote.