Process Alimentaire / Procédés / Multivac s'emballe pour les hautes pressions

Procédés

Multivac s'emballe pour les hautes pressions

Isabelle Dulau |  22 Février 2011 | 

Multivac optimise les hautes pressions pour les produits sous vide et sous atmosphère.

Multivac s'est associé à l'allemand Uhde High Pressure Technologies (filiale de Thyssen Krupp) pour développer un système automatique de conditionnement et de traitement hautes pressions. L'objectif est d'améliorer la rentabilité de l'opération.

Le fournisseur d'équipements de conditionnement présentera au salon Interpack (12-18 mai 2011, Düsseldorf) un système intégré de conditionnement et de traitement haute pression (500 à 600 MPa). Pour cette opération de pasteurisation, les denrées doivent être emballées dans un conditionnement souple.

Processus quasi-continu

Jusqu'à présent, le conditionnement puis la pascalisation étaient réalisés en deux étapes séparées. Avec ce nouveau système, le processus devient quasi-continu. Les produits sont conditionnés dans le conteneur de transports (brevet en cours de validation) puis acheminés vers l'enceinte hyperbar. Après traitement, le déchargement est automatisé. S'en suivent deux opérations de séchage et d'étiquetage des produits puis la mise en carton.

Multivac a profité de son partenariat avec Uhde High Pressure Technologies pour optimiser le traitement haute pression pour les produits conditionnés sous atmosphère protectrice. "Nous avons inclus de courte période de relaxation de la contrainte pour que le polymère puisse se régénérer. De cette manière, le matériau d'emballage est considérablement moins sollicité et il conserve ses fonctionnalités même après le traitement hautes pressions", déclare Tobias Richter, responsable des équipements hautes pressions, Multivac.

Les hautes pressions en France

En France, un industriel souhaitant mettre sur le marché des produits traités par hautes pressions doit se conformer à la réglementation Novel Foods. Il doit déposer un dossier auprès de la DGCCRF qui saisit l'Anses. Le comité d'experts de l'Anses rend un rapport. L'Anses publie alors un avis qui soit autorise ou non la mise sur le marché. Le comité d'expert peut demander des informations complémentaires ou l'avis des pays tiers si le produit est jugé substantiellement différent. L'Anses a publié un avis (Saisine n° 2010-SA-0193) à l’intention des industriels, qui allège la procédure.