Process Alimentaire / Procédés / Odysea stocke l’électricité renouvelable sous forme d’air comprimé

Utilités

Odysea stocke l’électricité renouvelable sous forme d’air comprimé

Stéphanie Perraut |  13 Mai 2019 | 

La technologie brevetée Remora, mise en oeuvre dans le cadre du projet Odysea, assure le stockage de l'énergie renouvelable sous forme d'air comprimé dans des contenants immergés.

L’air comprimé constitue un moyen efficace de stockage massif de l’énergie d’origine renouvelable. C’est ce que comptent bien prouver Segula Technologies, l'Institut de recherche en Énergie Électrique de Nantes Atlantique (Ireena), l’école IMT Atlantique (Institut Mines-Télécom) et le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) avec le projet Odysea, labellisé par le pôle de compétitivité S2E2 pour trois ans et bénéficiant d’un financement de l’Ademe.

Un démonstrateur de plusieurs kW

L’objectif est de construire un démonstrateur de stockage d’électricité renouvelable (de plusieurs kW) par compression isotherme de l’air en milieu marin, basé sur la technologie Remora, développée par Segula depuis 2013 et breveté depuis 2015. Sa démocratisation était jusqu’à présent limitée par plusieurs verrous technologiques et économiques. Liés notamment aux contraintes thermiques et mécaniques : la compression de l’air le réchauffe et sa décompression le refroidit de façon importante. Le rendement de stockage des solutions existantes reste donc faible, à environ 40 %.

Des pompes capables de fonctionner en turbines

Pour contourner ces obstacles, le projet Odysea utilise un système de pompage de l’eau (actionné grâce à de l’électricité renouvelable, produite par exemple par des éoliennes offshore) pour remplir plusieurs chambres de compression et diminuer le volume d’air jusqu’à atteindre la pression de stockage. Ceci évite l’échauffement de l’air tout en augmentant le rendement à près de 70 %. Pour restituer l’énergie, la chaîne de conversion fonctionne à l’inverse. L’air est décompressé à une température constante dans les chambres. L’eau est poussée vers les pompes qui fonctionnent alors en turbine et produisent de l’électricité.

Lors de ce projet, le Cetim prend en charge le banc d’essai, depuis la conception jusqu’à l’exploitation sur son site de Nantes. Il étudie notamment le fonctionnement réversible hydraulique et pneumatique du système en mettant à profit son expertise en dimensionnement de réseaux hydrauliques à dynamique complexe.