Process Alimentaire / Procédés / Tipiak harmonise son suivi de production

Tipiak harmonise son suivi de production

Stéphanie Perraut |  28 Décembre 2018 | 

C’est un projet de longue haleine qu’a présenté Anne-Frédérique Hoarau, responsable méthodes et systèmes d’information de Tipiak Traiteur Pâtissier lors de l’édition 2018 des Assises du MES. Sur trois sites en Loire-Atlantique (Malville, Saint-Herblain et Pontchateau), la société prépare des produits élaborés, de l’apéritif au dessert. Elle a initié en 2005 un projet de mise en place de logiciel MES pour son suivi de production. Une tâche complexe, du fait des spécificités de l’activité. Et d’autant plus que les objectifs étaient multiples : sécurisation de l’activité, gains en traçabilité (qualitatifs et quantitatifs), amélioration de la performance industrielle (par une gestion rigoureuse de la fabrication et des non-conformités) et pérennisation et fiabilisation du système d’information.

Tout ceci en tenant compte des contraintes liées au métier et à l'organisation de la société :

  • Trois sites
  • Des échanges de produits entre sites
  • 300 batchs par jour
  • Fonctionnement 3 x 8 h
  • 400 produits finis, 100 nouveaux par an
  • 300 batchs / jour avec les contraintes du frais
  • 150 ordres de fabrication par jour en cuisine (entre 200 g et 1 t)
  • Savoir-faire manuel
  • Neuf niveaux de nomenclatures
  • Activité saisonnière et formation des opérateurs

Un déploiement échelonné site par site

« Avant, le suivi de production s’appuyait sur un système papier avec des supports Word et Excel qui étaient redondants et présentaient des incohérences de nomenclature. D’où une problématique de fiabilité des données. La traçabilité était réalisée à la main », explique Anne-Frédérique Hoarau. Tipiak recherchait ainsi une solution logicielle présentant une interface opérateur ergonomique et capable de collecter de manière fiable et en temps réel les données de production quantitatives et qualitatives.

Le prestataire Creative IT a été retenu dès 2007. Le déploiement a démarré par un site pilote en 2009. Le projet présente un investissement, en matériel et logiciel, de 700 k€ pour le premier site puis de 300 k€ pour chacun des deux autres. Auquel s’ajoute un important poste de conduite du changement pour embarquer les opérateurs dans le projet et les accompagner dans une montée en compétences. « Le site pilote a nécessité 6000 heures de travail pour équiper 16 ateliers et 31 postes. En comparaison, en 2011, le second site a été opérationnel en six mois avec moins de 1000 h de travail », complète Anne-Frédérique Hoarau.

Aujourd’hui, les articles sont identifiés dès la réception. A chaque étape du process, l’opérateur flashe la matière et éventuellement aussi l’équipement ou le contenant. En production, les balances sont connectées. Ces données permettent d’établir en temps réel des indicateurs relatifs à la performance et à la matière (bilan matière, consommation, qualité fournisseur, traçabilité descendantes et remontante). Chaque site dispose d’un serveur Qubes autonome (en exécution uniquement), relié à un serveur central, lui-même interfacé avec l’ERP (SAP). Sur le terrain les données sont collectées, mises à disposition et interprétées.

Des gains économiques et sociaux

Cette intégration à grande échelle a eu un impact stratégique fort pour Tipiak. Le logiciel est un gage de fiabilité et de confiance vis-à-vis des clients et des auditeurs. Il a permis de fédérer les équipes autour d’un projet transversal et de faire coïncider les flux physiques et informatiques, y compris entre sites. La performance industrielle est montée d’un cran grâce à davantage de rigueur dans le suivi : les stocks sont plus fiables, les écarts d’inventaires réduits, les consommations pilotées avec davantage de réactivité.

Dans le même temps, les postes de travail ont été valorisés. Mais aussi, et surtout, le suivi logiciel apporte un gain de temps significatif, qui s’estime en euros. « En production, on ne fait plus de produits en croix en cuisine pour les calculs du nombre de batch, le logiciel s’en occupe. Cet exemple illustre comment nous pouvons économiser 160 k€/an en main d’œuvre directe. En parallèle, la réduction des ressaisies, nous permet d’économiser un demi-poste de technicien en production et un autre demi-poste de technicien en qualité. Ces collaborateurs peuvent passer plus de temps pour l’analyse des données », affirme Anne-Frédérique Hoarau.

Une liste de gains qui est amenée à s’étendre. Outre la montée en version prévue pour 2019, Tipiak Traiteur Pâtissier envisage de faire prochainement évoluer son outil, en y intégrant un module d’auto-contrôle. Sa connexion aux équipements sera renforcée, avec la mise en place de diagramme de Pareto pour les causes d’arrêts.