Process Alimentaire / Procédés / Triballat Noyal inaugure sa chaudière bois

Energie

Triballat Noyal inaugure sa chaudière bois

S.P. |  30 Novembre 2015 | 

La nouvelle chaudière bois de Triballat Noyal produira 5 tonnes de vapeur par heure à partir de bois local.

Et de trois ! Après avoir installé en 1999 des panneaux photovoltaïques et en 2012 une éolienne qui produit plus d’un million de KW chaque année, Triballat Noyal poursuit la diversification de ses sources d'énergie vers le renouvelable. L'entreprise familiale inaugure, le 4 décembre 2015 sur son site Sojasun à Chateaubourg (35), une chaudière vapeur de capacité 3,6 MW. Sa particularité : elle utilise du bois, local qui plus est. Ce combustible est neutre en carbone : le CO2 dégagé pendant sa combustion équivaut à celui qu'il a absorbé pendant sa croissance.

Pour cet atelier certifié Iso 50001, le remplacement des énergies fossibles responsables des gaz à effet de serre figure parmi les priorités. La nouvelle chaudière, fabriquée par la société française Compte-R produira 5 tonnes de vapeur par heure, soit 70 % à 80 % de l’actuelle consommation du site, avec du bois breton. En effet, financé par un emprunt auprès de la NEF (Nouvelle Economie Financière), une coopérative financière qui participe au développement local d’une économie durable, et soutenu par le Fonds Chaleur de l'Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), ce projet avait pour obligation d'organiser prioritairement son approvisionnement dans un rayon maximum de 80 kilomètres. Les 6 500 à 7 000 tonnes de bois nécessaires par an seront majoritairement extraites des 360 000 hectares de forêt bretonne, dont un quart seulement est actuellement valorisé comme source d’énergie. Autre option locale, les plaquettes de bois bocagères fournies par Bois Bocage 35 sont utilisées à hauteur de 10 à 15 %. Cette association a été créée à l’initiative des éleveurs laitiers de la région souhaitant gérer et valoriser le bois bocager. Enfin, 15 à 20 % de l'approvisionnement seront constitués de connexes de scieries et de palettes perdues non traitées.

Le soutien de l’Ademe impose également une filtration des fumées afin de ne rejeter que de la vapeur d’eau et du gaz carbonique. Pour répondre à ces obligations, la chaudière est gérée par Cofely-GDF-Suez. Quant aux cendres, elles sont recyclées via Ecosun et enrichissent le compost.