Process Alimentaire / Qualité / 33 entreprises agroalimentaires déploieront l’étiquetage Nutri-Score

Qualité

33 entreprises agroalimentaires déploieront l’étiquetage Nutri-Score

Marjolaine Cérou |  19 Février 2018 | 

Nutriscore consiste à trier les produits en fonction de leur profil nutritionnel en associant une lettre (A,B,C, D et E) à une couleur (du vert au orange foncé) en tenant compte des nutriments à valoriser et de ceux à limiter. Ce système d'étiquetage nutritionnel complémentaire a été sélectionné suite à une expérimentation en conditions réelles d’achats en magasins.

Trois mois après la signature de l’arrêté du 31 octobre stipulant la forme de présentation du Nutri-Score, trente-trois entreprises du secteur agroalimentaire ont annoncé la mise en place de l’étiquetage nutritionnel complémentaire. C’est ce qu’annonce Santé Publique France (ex-INVS) lors d’un point à date. William Saurin, Raynal et Roquelaure, Marie, Jean-Louis Amiotte, Cacolac ou encore Jacquet Brossard Distribution, pour les plus connus, viennent s’ajouter à la liste des entreprises déjà engagées. Elles rejoignent Fleury-Michon, première entreprise agroalimentaire signataire de la charte dès avril 2017, aux côtés des enseignes de grande distribution Auchan, Leclerc et Intermarché pour leurs MDD. McCain et Danone s’étaient positionnés en faveur du dispositif d’étiquetage complémentaire en novembre dernier.

Les groupes Bonduelle et MOM engagés

Plus récemment, Bonduelle a confirmé l’application du système Nutri-Score pour l'ensemble de ses produits français en conserves, surgelés, frais et traiteur. Plus de 500 références sont concernées. Le groupe est engagé depuis 2003 dans une stratégie d'amélioration nutritionnelle. Cette décision s'inscrit dans la continuité de son programme nutritionnel « Visa Santé », démarche de progrès continu basée sur l'évaluation et l'optimisation nutritionnelle de ses produits. Il a conduit à réduire le taux de sel de plus de 200 recettes de légumes en conserve (- 25 % en cinq ans pour la famille des petits pois). Les salades traiteurs ont aussi été reformulées : les betteraves à la moutarde à l'ancienne, par exemple, ont vu leur taux de matière grasse réduit de 33 % et celui du sel abaissé de 50 %. Selon Bonduelle, 98 % de ses produits concernés par l'étiquetage sont classés A ou B.

Le groupe MOM (Mont Blanc et Materne) a également annoncé début février sa ferme intention de déployer le Nutri-Score sur l’ensemble de ses références en France. Les produits Materne, Pom Potes, Ma Pause Fruit, Confipote, Récré O’lé et les aides culinaires Gloria sont concernés. Ils arboreront à partir de septembre 2018 le classement proposé par le Pr Serge Hecberg. Les résultats Nutri-Score seront publiés dès avril 2018 sur les sites Internet de chaque marque. Selon le groupe, 80 % des références sont classées A et B.

La liste intégrale des 33 entreprises est publiée sur le site de Santé Publique France.

Mais nulle trace pour le moment des entreprises réfractaires à l’utilisation du dispositif proposé par le professeur Hecberg. Pour rappel, Nestlé, Mondelez ou les entreprises de l’Alliance 7 s’étaient prononcées en faveur du NutriCouleurs, l’autre système s’inspirant des feux tricolores britanniques.

Rappelons que le dispositif proposé par le Pr Serge Hecberg, sélectionné après une expérimentation en conditions réelles d’achats, reste optionnel comme le stipule le règlement européen Inco (1169/2011).

1300 références affichant le Nutri-Score annoncées courant 2018 chez Intermarché

Une chose est sûre, le déploiement du Nutriscore devrait s’accélérer dans les prochains mois. Intermarché indique d’ores et déjà que « 800 produits à marque propres en rayon, et au minimum, 500 références supplémentaires sur le site e-commerce » intégreront courant 2018 le logo à cinq couleurs. « Nos marques propres concernées sont Saint Eloi, Odyssée, Monique Ranou, Paquito, Jean Rozé, IDS, Chabrior et Pâturages », annonce Jean-Marc L’Huillier, président de la direction du développement durable du Groupement Les Mousquetaires. En octobre 2017, une soixantaine de produits à marque propre vendus via le site de e-commerce ainsi que 30 produits du rayon « salades traiteur » dans certains points de vente affichaient déjà l’étiquetage complémentaire. Au total, cela porte à 1300 références le nombre de produits dotés du logo à cinq couleurs.

Enfin, pour convaincre les entreprises de sauter le pas, Santé Publique France annonce qu’ « un calculateur, élaboré par l’Inra en lien avec l’Inserm, sera également mis à disposition des entreprises en avril 2018, mais également accessible à toute personne souhaitant calculer un Nutri-Score sur un produit non étiqueté ».