Process Alimentaire / Qualité / Casino informe sur le bien-être de ses poulets

Qualité

Casino informe sur le bien-être de ses poulets

Marjolaine Cérou |  17 Décembre 2018 | 

Après deux ans de recherche, le groupe a dévoilé son premier étiquetage du niveau de bien-être animal dédié à sa filière poulet. Crédit : Casino.

Casino avait annoncé en juin 2017 son intention de mettre en place un étiquetage sur le bien-être animal. C’est chose faite : le premier référentiel dédié à la filière poulet a été achevé. Les premiers produits étiquetés ont été mis en rayon dès le début du mois de décembre. « Les consommateurs seront ainsi informés du niveau de bien-être des poulets entiers et découpés de Casino Terre & Saveurs », déclare Tina Schuler, directrice générale de Casino. « Le référentiel évalue toutes les étapes de la vie de l’animal : depuis la naissance jusqu’à l’abattage en passant par l’élevage et le transport », explique Lénaïck Guérin de la direction de la communication du groupe.


Cette démarche inédite s’est mise en place à l’aide de trois partenaires : Compassion in world farming France, la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences et l’association Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’abattoirs. Ils ont contribué à la définition de critères qui portent sur des exigences de moyens (présence d’un parcours extérieur, densité en bâtiment d’élevage ou les procédures d’insensibilisation en abattoir, etc.) mais aussi sur des exigences de résultats (observation de la motricité ou du comportement des animaux par exemple). Le référentiel prévoit des paliers de notation valorisant les démarches garantes d’une amélioration significative du bien-être animal et allant au-delà des exigences réglementaires. « Au vu de la complexité du projet, plus d’une vingtaine de journées de concertation entre les parties prenantes ont été nécessaires durant près de deux ans pour établir un référentiel d’évaluation du bien-être animal intégrant ces critères », souligne Lénaïck Guérin.


Le référentiel comporte pas moins de 230 critères, portant sur les différentes étapes de la vie de l’animal. L’étiquette prévoit quatre niveaux (A,B,C et D). Ces critères sont contrôlés auprès des éleveurs, des groupements d’éleveurs, des couvoirs et auprès de l’abattoir, grâce à des audits réalisés par des organismes de contrôle indépendants. L’étiquetage est présent sur tous les produits de cette gamme, ce qui comprend six références (poulets entiers, cuisses, filets en poulets blancs ou poulets jaunes). Il va être déployé sur l’ensemble des gammes et des marques du rayon poulet et dans d’autres enseignes.


L’objectif est de déployer l’étiquetage sur d’autres marques de la filière poulet. « Ce qui nécessitera un travail approfondi, similaire à celui conduit pendant 18 mois sur le poulet, pour construire un référentiel d’évaluation propre à la nouvelle filière et pour le tester sur le terrain », affirme la direction de la communication. «Nous réfléchissons actuellement à la mise en place d’une structure associative permettant de porter la démarche d’étiquetage du bien-être animal et d’intégrer de nouveaux acteurs souhaitant étiqueter leurs produits selon le référentiel établi», déclare Matthieu Riché, directeur de la responsabilité sociale d’entreprise pour le groupe. Pour informer les consommateurs, le site www.etiquettebienetreanimal.fr a également été lancé.