Process Alimentaire / Qualité / De moins en moins de résidus d’antibiotiques dans la viande porcine

Qualité

De moins en moins de résidus d’antibiotiques dans la viande porcine

Anne-Katell Mousset  |  26 Juin 2012 | 

L’Ifip (Institut du porc) dresse un état des lieux positif des résidus de médicaments dans la viande de porc : seulement une analyse effectuée sur 4000 est non conforme. (credits : Porc Magazine)

Un rapport de l’Ifip (institut du porc) présente les dernières connaissances en matière de résidus de médicaments vétérinaires dans la viande de porc. Les résultats (issus de plans de surveillance et contrôle), montrent une diminution globale ces dernières années. Ainsi, depuis 10 ans la quantité d’antibiotique administrée par kilogramme de poids a diminué de 5%. Résultat : dans la viande, les non-conformités sont peu nombreuses. Pour 4000 contrôles, une seule analyse non-conforme est constatée. Pour l’Ifip, « le risque chimique est extrêmement faible », mais « la vigilance doit être maintenue ».

L’antibiorésistance est difficile à évaluer

Autre problème lié aux médicaments vétérinaires : l’antibiorésistance. Faisant état des connaissances actuelles, l’Ifip signale que « l’exposition de l’homme à des bactéries antibiorésistantes via des aliments est difficile à déterminer ». En effet, la chaîne alimentaire ne constitue que l’une des voies possibles de transmission. Même si l’Institut estime que le risque est probablement très bas, il admet que beaucoup d’informations manquent à ce sujet.

Les mécanismes de l’antibiorésistance sont en en effet difficiles à comprendre. C’est pour cela que l’Anses a lancé fin 2011 un groupe de travail destiné à évaluer les risques d’émergence d’antibiorésistance liés aux modes d’utilisation des antibiotiques dans le domaine de la santé animale. Un plan national lancé par le ministère de l’agriculture en novembre 2011 et un plan d’action européen viennent compléter cette lutte contre ce phénomène émergent. Le groupe de travail de l’Anses devrait rendre ses premières conclusions à la fin de l’année avant de finaliser ses travaux en 2013.