Process Alimentaire / Qualité / Des laits infantiles contaminés par Salmonella Poona

Qualité

Des laits infantiles contaminés par Salmonella Poona

Marjolaine Cérou |  28 Janvier 2019 | 

Quatre cas de salmonellose liés à Salmonella Poona ont été identifiés chez des nourrissons ayant consommé le même lait infantile à base de riz. La société Sodilac a procédé au rappel de 18 références. Par mesure de précaution, Lactalis rappelle aussi des lots. Crédit : Adobe Photo Stock

Un an après la contamination des laits infantiles par Salmonella Agona, l’ entreprise Sodilac (groupe Savencia) a procédé le jeudi 24 janvier 2018 au retrait-rappel de toute sa gamme de produits de nutrition infantile à base de riz fabriquée sur un site espagnol et commercialisés sous la marque Modilac. Le Centre National de Référence des Salmonella (CNR) de l'Institut Pasteur a identifié en quatre jours quatre cas de salmonellose liés au sérotype Poona chez des nourrissons âgés de 2 mois à 10 mois.

D’après les analyses réalisées par séquençage NGS, toutes les souches appartiennent à un même cluster génomique. Ces bébés, au moment des symptômes, ont été malades entre fin août 2018 et fin décembre 2018 et trois d’entre eux ont été hospitalisés.

« Les premiers éléments d’investigation auprès des parents de ces quatre nourrissons mettent en évidence la consommation, dans les jours précédant les symptômes, de laits en poudre de la même marque produits par la même usine en Espagne. Les quatre bébés ne partageaient pas d’autre aliment ou boisson en commun », précise Santé publique France.

Au total, au-delà des deux lots concernés à date, 18 références du laboratoire Modilac, soit 400 000 boîtes, distribuées exclusivement en pharmacie, via des associations caritatives ou sur des sites de ventes en ligne, sont concernées sans distinction de lot, ni de date de fabrication. La liste complète est disponible sur le site de la DGCCRF. Les investigations sont toujours en cours auprès des autorités espagnoles et du fabricant pour obtenir d’autres éléments éventuels sur la traçabilité des lots.

16 300 boîtes rappelées préventivement chez Lactalis Nutrition Santé

Par mesure de précaution, Lactalis Nutrition Santé procède également au rappel de 16 300 boîtes de lait Picot AR qui ont été fabriquées depuis le 29 novembre 2018 sur le même site espagnol. « Nous appliquons ici un principe de précaution maximum et précisons qu’aucune alerte sanitaire n’a été signalée sur cette référence Picot AR et que tous les contrôles sont conformes. Nous agissons immédiatement sans même attendre les résultats des investigations menées chez le fournisseur », insiste Lactalis. Comme les références de Modilac, ces produits sont également vendus en pharmacies. « Les autres références Picot, fabriquées sur des sites de production différents, ne sont quant à elles absolument pas concernées », souligne le groupe laitier.

Salmonella Poona est un sérotype rare parmi les 2 600 décrits chez les salmonelles, mais il est rare en France. « Sur les 10 000 salmonelloses humaines confirmées chaque année au CNR, seulement une cinquantaine sont causées par S. Poona. C'est un sérotype relativement exotique, que l'on retrouve habituellement plutôt dans les environnements tropicaux comme les Dom-Tom et ce probablement en lien avec un réservoir reptilien. Il est d'ailleurs généralement sensible à tous les antibiotiques », indique le Dr François-Xavier Weill, responsable du Centre National de Référence des Salmonella. L’enquête va à présent devoir déterminer comment la bactérie pathogène s’est retrouvée dans les produits. En sachant qu’il y a eu déjà eu des épidémies dans le lait, en Espagne notamment.


Trois autres cas de salmonellose sont en cours d’études par l’Institut Pasteur qui va procéder à une surveillance renforcée de Salmonella Poona. « Il est évident que de nouveaux cas vont arriver, le temps que les informations remontent des laboratoires. Cependant la détection rapides des premiers cas a permis de réduire l'amplitude de l'épidémie », affirme François-Xavier Weill.

En attendant la suite de l’enquête, force est de constater les efforts des autorités et de l’ensemble des maillons concernés pour communiquer et transmettre les informations le plus rapidement et le plus efficacement possible. On notera ainsi sur le site de la DGCCRF, incluant la liste complète des liens renvoyant vers les différents acteurs concernés. Ce qui n'avait pas été fait l’an dernier lors de l’affaire Lactalis. Rappelons que l’ amélioration des mesures de retrait-rappels est l’un des grands chantiers de l’année 2019.