Process Alimentaire / Qualité / Des reblochons au lait cru contaminés par E.coli O26 

Qualité

Des reblochons au lait cru contaminés par E.coli O26 

Marjolaine Cérou |  14 Mai 2018 | 

Santé Publique France et le Centre national de référence des STEC ont signalé une contamination de reblochons au lait cru par des STEC. Ces fromages ont été fabriqués par la fromagerie Chabert sur le site de Cruiselles en Haute-Savoie. Crédit : Fotolia

E.coli O26 a encore sévit. Après un rappel de viande hachée chez Socopa début avril et un retrait de camemberts de Normandie AOP par La Fromagerie du Plessis (14), sept cas d’infections à la bactérie productrice de shigatoxines sérotype E. coli O 26 ont été signalés par Santé Publique France et le Centre national de référence des Escherichia coli. En cause, du reblochon au lait cru AOP. Dans les faits, sept enfants âgés d’un an et demi à trois ans ont présenté des symptômes dont six syndromes hémolytiques et urémiques, la forme la plus grave de l’infection. « Les investigations menées par les autorités sanitaires ont confirmé un lien épidémiologique entre ces cas et la consommation de reblochons entiers au lait cru de marque « Nos régions ont du talent » commercialisés dans les enseignes Leclerc de plusieurs régions », indique le ministère de l’Agriculture. Les fromages incriminés ont été fabriqués par la fruitière du Mont Salève à Cruseilles (74) de l'entreprise Chabert.

Dans l’attente de résultats complémentaires, les magasins Leclerc ont procédé le 11 mai au rappel de tous les reblochons entiers au lait cru de la marque commercialisés depuis le 21 janvier. Par mesure de précaution, le Ministère de l’Agriculture a annoncé ce lundi 14 mai le retrait de la vente et le rappel de l’ensemble des fromages reblochons entiers au lait cru fabriqués sur le site de Cruseilles et estampillés « 74.096.050 ». L’ensemble des enseignes de distribution est à présent concerné. Le Ministère informe également que « les investigations se poursuivent dans l’entreprise et dans les élevages laitiers fournisseurs afin de déterminer précisément la source de la contamination par E. coli O26. ». Les autorités sanitaires rappellent également que « par précaution le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ».

Des critères européens toujours en attente

La bactérie productrice de shigatoxines (STEC) E. coli O26 figure dans le top 5 européen des bactéries hautement pathogènes. Elle est définie dans l’ avis de 2010 de l’Anses qui précise les critères pour qu'une souche soit pathogène ou hautement pathogène. Les produits les plus sensibles sont la viande hachée et les produits à base de lait cru. A l’heure actuelle, il n’existe pas de critère réglementaire pour les STEC, faute de consensus de la part des États-membres. Ces derniers doivent s’entendre autour d’une définition commune car, à l’heure actuelle, les mesures de retrait diffèrent selon les pays (recherche de gènes stx ou confirmation de la coprésence des gènes de virulence et du sérotype par exemple).

La Fédération du commerce et des distributeurs (FCD) a quant à elle fixé un critère d’absence dans 25 grammes . D’après le dernier plan de surveillance de la contamination des fromages au lait cru par Listeria monocytogenes, par Salmonella spp. et par E. coli STEC établi par la DGAL : « un fromage détecté positif vis-à-vis de la présence d'une souche STEC hautement pathogène est considéré comme « dangereux » au sens de l'article 14 du règlement (CE) n°178/2002. A ce titre, le guide d'aide à la gestion des alertes définit un seuil d'alerte pour les souches STEC hautement pathogènes, dans toutes les denrées alimentaires, de « présence dans 25 g ». »