Process Alimentaire / Qualité / Des thés et infusions pas si « healthy » ?

Qualité

Des thés et infusions pas si « healthy » ?

Marjolaine Cérou |  11 Septembre 2017 | 

Un avis de l’Efsa met en garde les consommateurs fréquents de thé et infusions à bases de plantes contre le potentiel cancérigène des alcaloïdes pyrrolizidiniques, des toxines produites par différentes espèces végétales. Crédit : Fotolia.

Souvent préférées pour leurs propriétés « bien-être ou détox », les tisanes et thés à base de plantes pourraient à forte dose nuire à notre santé. C’est ce que sous-entend le nouvel avis de l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) sur les risques de la présence des alcaloïdes pyrrolizidiniques au potentiel cancérigène. Ce groupe de toxines produites par différentes espèces végétales est susceptible de se retrouver dans la chaîne alimentaire de manière non intentionnelle, et notamment dans les thés et infusions à base de plantes.

Selon les experts du groupe Contam (Contaminants de la chaîne alimentaire), l'exposition aux alcaloïdes pyrrolizidiniques contenus dans les denrées alimentaires constitue une source potentielle de préoccupation à long terme pour la santé, en particulier pour les personnes qui consomment fréquemment et en grandes quantités ces boissons chaudes. Une nouvelle valeur de référence de 237 µg/kg de poids corporel par jour a été établie.

L’avis s’intéresse également à l’exposition aux compléments alimentaires basés sur des plantes produisant des alcaloïdes pyrrolizidiniques. Leur consommation pourrait également entraîner des niveaux d'exposition provoquant une toxicité à court terme ainsi que des effets indésirables sur la santé.

17 alcaloïdes pyrrolizidiniques identifiés

Dans son premier rapport en 2011, fautes de données disponibles sur d’autres matrices, l'Efsa était arrivée à la conclusion qu'il existait d'éventuels risques à long terme pour la santé des bébés et des enfants consommant de grandes quantités de miel. Dans le nouvel avis, les experts ont identifié 17 alcaloïdes pyrrolizidiniques qui devraient continuer de faire l'objet d'un suivi et du développement de nouvelles méthodes d’analyses. Ils recommandent la réalisation d’études supplémentaires en ce qui concerne la toxicité et la carcinogénicité des alcaloïdes les plus présents dans les aliments.

Le rapport est disponible sur le site de l'Efsa.