Process Alimentaire / Qualité / Digitaliaa digitalise la sécurité des aliments

Qualité

Digitaliaa digitalise la sécurité des aliments

Pierre Christen |  25 Mars 2019 | 

En parallèle de la plate-forme digitale, Olivier Rondouin, dirigeant de Doceor, développe des objets connectés répondant à des besoins terrains des responsable qualité-sécurité-environnement. Illustration avec un clavier virtuel.

Chaque mois dans son édition papier, Process Alimentaire donne la parole à Olivier Rondouin pour une analyse réglementaire dans le domaine de la sécurité des aliments. Le dirigeant de Doceor est un expert dans les domaines des prérequis aux systèmes de management de la sécurité des aliments, en conception hygiénique des équipements et en résolution de problèmes de contamination. Il vient de créer l’activité Digitaliaa. Le fruit de la prise en compte de retours terrain face à une problématique d’actualité : comment digitaliser à moindre coût des activités chronophages dans les domaines de la sécurité des produits, associé aux enjeux de santé et sécurité au travail, d’environnement et de responsabilité sociétale des entreprises.

« Des fonctions supports encore peu digitalisées, comparativement aux processus métiers. Nous voulons susciter l’adhésion en évitant le couteau suisse comprenant trop de possibilités pour nous concentrer sur le problème principal en réponse au besoin principal et de façon ergonomique. Nos outils permettent d’éviter les resaisies inutiles ou sources d’erreurs ». Une offre plus ciblée que les applications additionnelles proposées par les logiciels de type ERP et MES.

Olivier Rondouin a d’ores et déjà designé une plate-forme complète rassemblant les besoins transversaux : gestion électronique du document unique et du plan d’actions, management des réclamations et non-conformités, zoning et surveillance environnementale, aide à l’évaluation des risques, etc. « L’idée est de retrouver tous les outils QHSE au même endroit et de façon interconnectée, en se basant sur le cloud, l’outil étant en mode Saas », précise-t-il. L’expert insiste sur le potentiel de personnalisation des ces modules, la démarche de conception se basant sur un processus de co-construction.

Une application d’audit et d’inspection

Un premier module déjà finalisé est l’application d’audit et d’inspection qui permet là-aussi d’éviter le papier et d’économiser le temps de rédaction du reporting, et de formaliser le rapport une fois l’audit réalisé. L’application comprend un rapport d’étonnement éditable. « Plutôt que d’envoyer une photo par e-mail, on l’insère directement dans le rapport avec les commentaires nécessaires. Au final, l’outil permet d’engager un plan d’action sur un mode collaboratif », illustre-t-il.

En parallèle de la plate-forme digitale, Olivier Rondouin développe des objets connectés répondant là aussi à des besoins terrains des responsable qualité-sécurité-environnement. « L’enjeu est le même : leur faire gagner du temps, tout en restant pragmatique, afin de les aider à se concentrer sur la résolution de problèmes ». Illustration avec un clavier virtuel, une façon d’éviter dans les ateliers de production les zones de rétention microbiologique associées aux claviers traditionnels. Des projets sont en cours de développement autour de l’analyse de données via l’instrumentation.