Process Alimentaire / Qualité / Green CIP régénère les solutions de nettoyage

Qualité

Green CIP régénère les solutions de nettoyage

Isabelle Dulau |  4 Janvier 2011 | 

Medhi Dif, thésard sur le procédé de régénération devant le pilote Green-CIP de laboratoire. À droite la solution à régénérer, en haut les réacteurs, au centre le décanteur. Les flocs précipitent et sédimentent dans le bas du décanteur. Le surnageant est la solution de nettoyage régénérée. Crédit : Process Alimentaire

Dans une salle de l’IUT de Pontivy, trois petits réacteurs surplombent un décanteur. On voit des flocs se former et décanter presque instantanément. « La solution de nettoyage souillée a été régénérée. Le surnageant est une solution de soude, les flocs forment un co-produit composé de matière organique, de résidus de soude et du réactif alimentaire» présente Medhi Dif, thésard sur l'état de l'art de la régénération. Simple en apparence, ce procédé physico-chimique est une technologie de rupture pour le nettoyage en place. En plus de ce modèle de laboratoire, un pilote industriel a été construit. Il a été en fonctionnement pendant six mois chez un laitier.

Une efficacité supérieure à 90%

Olivier Barrault, dg de Barrault Recherche, a rassemblé autour de la table différents partenaires pour créer une structure de développement du procédé Green-CIP au sein de la société Elodys.

La problématique de l'industriel était de réduire les consommations d'eau, d'énergie et de réactifs, de limiter la charge polluante, ainsi que de résoudre un problème de saturation de l'installation de la NEP. Le tout en préservant les qualités du lavage. Les essais ont d'abord été menés en laboratoire. La charge pollutante (DCO) a été baissée de 85%.

Les analyses sur les solutions régénérées sont exemptes de microorganismes thermophiles. Ces résultats concluants ont conduit à la phase d'essais industriels. Le pilote a une capacité de 2 t/h et son encombrement est de 7,5 x 2,5 m. Le Green CIP a permis de régénérer les solutions de la NEP avec une efficacité supérieure à 90%. La qualité microbiologique des solutions a été validée ainsi que la performance de lavage à partir des solutions régénérées. « Nous avons franchi des étapes importantes au niveau industriel et passé les jalons de validation de performance » conclut Olivier Barrault, pdg de Barrault Recherche.

Chronologie du projet

Gilles Tastayre, l’inventeur du Green-CIP, travaille aujourd’hui au séchage des précipités. Grâce à un filtre à tambour, il espère amener l’extrait sec de 4 à 45%. Cette matière sèche est nom dangereuse et valorisable.

2000 Gilles Tastayre crée le premier prototype de régénération des réactifs pour Agropur, Beauceville (Québec)

2002 Prototype aux dimensions industrielles pour Lactalis (Buffalo). Premier brevet.

2006 Rencontre entre Gilles Tastayre, Barrault Recherche et Eau&Industrie. Étude de cas de Danonn West. Visite du prototype de Buffalo, identification des pistes d'amélioration.

2009 Création de la structure juridique Elodys, propriétaire du procédé. Le projet Green CIP est lauréat de l'appel à projets eco-innovants (ministère de l'industrie, de l'écologie et de la recherche) : 365 k€ de subventions / 810 k€ d'investissement. Démarrage d'une thèse sur l'état de l'art de la régénération, financée par la région Bretagne et le département du Morbihan.

2010 Expérimentation industrielle en France dans une laiterie industrielle