Process Alimentaire / Qualité / Inco : la DGCCRF dresse un premier bilan

Qualité

Inco : la DGCCRF dresse un premier bilan

M.C |  11 Janvier 2017 | 

La déclaration nutritionnelle des denrées alimentaires est obligatoire depuis le 13 décembre 2016 suite à l'entrée en vigueur de la deuxième échéance du règlement européen Informations du consommation (Inco n°1169/2011) qui impose entre autres l'affichage de sept mentions nutritionnelles et l'indication des allergènes (en gras dans la liste d'ingrédients) sur les packagings.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié fin décembre les résultats des contrôles de la bonne application du règlement Inco à l'issue de la première échéance (NDLR le 13 décembre 2014).


L'enquête a mis en exergue un taux important de non-conformités sur l'indication des allergènes dans les produits non préemballés. Un affichage qui varie selon les magasins de grande distribution, avec la plupart du temps des données erronées ou non actualisées. Dans les commerces de bouche, la méconnaissance de la réglementation européenne est mise en cause. Au contraire, les chaînes de restaurant sont mieux informées par leur syndicat professionnel. Les enquêteurs ont mis en exergue que la réglementation est souvent mal comprise, notamment sur le plan des contaminations croisées. La restauration collective serait plus en retard, avec une information sur les allergènes rarement diffusée. Des actions pédagogiques vont être menées auprès de ces opérateurs.


Deux mentions obligatoires sont quant à elles globalement respectées. Pour les glaces notamment où l'affiche des quantités nettes de produits doit se faire non pas en unité de volume, mais en unité de masse. Aucune anomalie n'a été relevée sur ce point. Concernant les huiles et graisses raffinées d'origine végétale, la réglementation est bien appliquée en GMS et aucune anomalie n'a été constatée dans la mesure où la liste des ingrédients mentionne la nature de l'huile utilisée. Enfin, la taille des caractères figurant sur les étiquettes (dont la taille ne doit 1,2 mm) ne présente pas de non-conformités.


Cette enquête a été réalisée en 2015 dans la grande distribution, les commerces de bouche, les restaurateurs ainsi que chez les producteurs. 3671 établissements ont été visités. 1844 avertissements ont été donnés ainsi que 60 procès verbaux. La DGCCRF a fait savoir que d'autres contrôles seraient organisés pour veiller au bon respect de la réglementation.