Process Alimentaire / Qualité / L’Efsa divise par sept la dose hebdomadaire tolérable des dioxines

Qualité

L’Efsa divise par sept la dose hebdomadaire tolérable des dioxines

Marjolaine Cérou |  26 Novembre 2018 | 

L’Autorité européenne de sécurité des aliments vient de diviser par sept la dose hebdomadaire tolérable pour les dioxines et les PCB de type dioxine. En cause : une exposition trop importante des consommateurs. Ces sous-produits indésirables sont générés par certains procédés thermiques et industriels. Crédit : Adobe Stock.

Une évaluation de l’Autorité européenne des aliments (Efsa) met en avant une exposition élevée aux dioxines et PCB de type dioxine. Le groupe d’experts sur les contaminants de la chaîne alimentaire (Contam) de l’agence a pris la décision de diviser par sept la dose hebdomadaire tolérable actuelle, qui avait été fixée par l'ancien Comité scientifique de l'alimentation humaine de la Commission européenne en 2001. « La nouvelle valeur s’élève à 2 picogrammes par kilogramme de poids corporel. Nous avons aujourd’hui accès à de nouvelles données épidémiologiques et expérimentales sur la toxicité de ces substances chez l'Animal. De plus, de nouvelles techniques de modélisation plus sophistiquées permettant de prédire les niveaux de ces substances dans le corps humain au fil du temps », commente Ron Hoogenboom, membre du groupe Contam et président du groupe de travail sur les dioxines.


Des effets négatifs pour la reproduction


Des effets négatifs ont été observés suite au dépassement de la dose tolérable. Ils se traduisent par des effets indésirables sur la qualité du sperme, l'un des effets négatifs les plus observés. La nouvelle dose hebdomadaire tolérable fixée est destinée à contrecarrer d’autres effets néfastes observés dans les études, comme un taux plus élevé d’hormones stimulant la thyroïde chez les nouveaux-nés et des défauts dans le développement de l’émail dentaire.


« Ces dépassements constituent une préoccupation sanitaire, mais il se peut que la toxicité des PCB de type dioxine - les plus nocifs - soit surestimée. Lorsqu’on calcule la toxicité de telles substances, nous utilisons des valeurs reconnues sur le plan international », déclare Ron Hoogenboom. Le groupe d’experts serait favorable à un examen de ces substances tant pour les dioxines que pour les PCB de type dioxine. Si ces substances se révélaient moins toxiques, cela permettrait de réduire l'inquiétude des consommateurs.


Les dioxines et les PCB de type dioxine sont des polluants organiques persistants dans l’environnement qui s’accumulent à de faibles concentrations dans la chaîne alimentaire, généralement dans les tissus adipeux des animaux. Ces sous-produits indésirables sont générés par certains procédés thermiques et industriels. Les principaux contributeurs à l'exposition alimentaire moyenne sont le poisson (en particulier les poissons gras), le fromage et la viande. Plusieurs épisodes de contaminations à la dioxine dans les volailles se sont déroulés dans les années 2010. Suite aux mesures mises en place par les pouvoirs publics et le secteur industriel, l’Efsa estime que présence de ces substances dans l'alimentation humaine et animale a diminué au cours des 30 dernières années grâce aux efforts déployés par les pouvoirs publics et le secteur de l'industrie. Ce nouvel avis invite aujourd’hui la Commission européenne et les États membres de l'UE à discuter des mesures de gestion du risque possibles afin de garantir un niveau élevé de protection des consommateurs.