Process Alimentaire / Qualité / Laits en poudre contaminés : la DGAL publie son plan d’inspection

Qualité

Laits en poudre contaminés : la DGAL publie son plan d’inspection

Marjolaine Cérou |  5 Février 2018 | 

Lait infantile : le plan d’inspection de la DGAL met l’accent sur les paramètres technologiques et les mesures de maîtrise de la production. Les couples temps-températures appliqués pour les étapes de traitement thermique seront vérifiés. Crédit : Fotolia.

Le ministre de l’Alimentation, Stéphane Travert, l’avait inclut le 16 janvier dernier dans les nouvelles mesures engagées suite à la contamination à Salmonella Agona des laits infantiles en poudre de Lactalis. Le plan d’inspection des établissements fabriquant, mélangeant ou conditionnant des poudres de lait destinées à l’élaboration de denrées alimentaires pour bébés a été publié par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) le 29 janvier dernier.

Au total, 98 établissements sont listés dans l’ annexe 1 de l’instruction technique . Ces derniers comprennent des unités d’activités qui fabriquent, mélangent ou conditionnent des poudres de lait ou de produits laitiers (pré-concentrés de lait, de perméat, de lactosérum déminéralisé) dont une partie ou au moins des produits est dédiée au baby food.

Les questions des inspecteurs de la DGAL porteront sur les débouchés de ces produits, dans le but d’identifier précisément les opérateurs impliqués dans les étapes ultérieures. Ils s’intéresseront aussi aux volumes de production annuelle. Afin d’affiner l’analyse de risque, le système de saisie des données par les inspecteurs a été revu et adapté. Les catégories de denrées ont été précisées pour la poudre de lait infantile (poudre de lactose infantile, poudre de lactosérum infantile par exemple). Les relations entre fournisseurs et clients seront également recensées.

Les paramètres technologiques inspectés

Les inspecteurs s’intéresseront également aux paramètres technologiques des installations. En ce qui concerne la conception et les circuits de l’établissement, ils seront susceptibles de relever les valeurs de surpression appliquées dans les différentes zones ou encore l’hygrométrie des différentes salles de manipulation et de stockage de la poudre. Les mesures de maîtrise de la production seront également passées au crible, et notamment les couples temps-température appliqués pour les étapes de traitement thermique.

Le recueil de ces paramètres technologiques contribuera à la préparation d’une saisine de l’Anses (qui sera publiée ultérieurement). Les inspections devront être finalisées au plus tard le 15 mai 2018.